Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 5 septembre 2018

Le cinéma, complice de l’enseignement des sciences de la santé

Publié le

Un homme habillé en noir joue aux cartes assis sur une table. Il est entouré d'autres hommes habillés en blanc.
Une scène du film « Vol au-dessus d’un nid de coucou » (One Flew Over the Cuckoo's Nest)   Photo : Warner Bros.

Vol au-dessus d'un nid de coucou (One Flew over the Cuckoo's Nest) et Docteur Patch (Patch Adams) sont deux films qui nous permettent de mieux comprendre les rapports humains au cœur des soins de santé, croit Nicolas Vonarx. Dans son livre Santé et maladie au cinéma : l'éclairage des sciences humaines et sociales (Liber), il démontre en 12 films qu'enseigner les sciences infirmières et médicales par le cinéma, c'est possible.

Les documentaires sont reconnus pour leurs vertus pédagogiques, mais l’anthropologue et professeur à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval Nicolas Vonarx croit que les films de fiction constituent également des moyens efficaces de faire part de connaissances en santé.

Ça permet de mêler le ludique au sérieux.

Nicolas Vonarx

Des séquences filmiques en salle de classe

Grâce à Vol au-dessus d’un nid de coucou, Nicolas Vonarx arrive à expliquer le concept de subjectivation, un concept cher au philosophe Michel Foucault. « Par exemple, dans le film, on retrouve une infirmière très habile qui fait parler les personnes malades. […] Elle amène les uns et les autres à utiliser les catégories de la psychiatrie pour se reconnaître dedans, et donc à se définir malade », explique celui qui transmet ses connaissances à l’aide de 11 autres films dans son livre.

« On apprend avec Intouchables (2011) que pour être soignant, il n’est pas forcément nécessaire d’être professionnel de la santé », souligne Nicolas Vonarx.

Un homme pousse un autre homme qui est en chaise roulante. Les deux rient.
Une scène du film « Intouchables »   Photo : The Weinstein Company

Il aborde également les concepts de l’exclusion sociale à l’aide du film L’homme éléphant (Elephant Man, 1980), de l’art-thérapie avec Docteur Patch (1998), de l’engagement émotif du médecin avec La donation (2009), de Bernard Émond, et des dynamiques de notre système de santé actuel avec Knock (1951).

Santé et maladie au cinéma : l’éclairage des sciences humaines et sociales, Nicolas Vonarx, éditions Liber.

Chargement en cours