•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Des ressources pour rendre la périnatalité plus agréable

Audio fil du mardi 4 septembre 2018
Un nouveau-né dans les bras de sa mère.

Les participantes ont estimé qu'il faut un plus grand nombre de sages-femmes dans les collectivités rurales et autochtones du nord.

Photo : iStock / Enzo Nguyen

« C'est comme un marathon : si on ne se prépare pas, ça va peut-être être difficile. » Louise Boucher, directrice générale du Réseau des Centres de ressources périnatales du Québec, parle du besoin des nouveaux parents de se préparer à l'accouchement et à l'arrivée d'un bébé dans leur vie.

Elle explique que les centres de ressources périnatales, qui ont vu le jour dans les années 1990, répondent à des besoins liés aux nouvelles réalités. « La société a changé. Les familles étaient nombreuses. Elles étaient proches géographiquement. La transmission intergénérationnelle et le soutien de la famille étaient là pour mieux vivre cette période-là. »

Mme Boucher donne pour exemple sa famille. Elle est la 10e enfant d'une famille de 11. Ses connaissances sur la périnatalité se sont développées tôt, en aidant ses soeurs et ses frères plus vieux lorsqu'ils ont eu des enfants. « C’est important d’avoir ce filet social, [un rôle] que la famille jouait avant. »

Le besoin de s'informer

Les familles consultent ces organismes dès la grossesse et viennent chercher de l’information et des outils pour se préparer à l'accouchement. La préparation à la douleur, la gestion du manque de sommeil, la mise en forme et les questions entourant la dépression post-partum, qui touchent les mères et les pères, sont abordées.

Le lien d’attachement parent-enfant est essentiel. Si on est serein dans ce moment crucial, on part avec des belles bases pour la suite.

Louise Boucher

Le problème de la surinformation

Avec Internet et les réseaux sociaux, les centres de ressources périnatales reçoivent aussi des parents dits surinformés. « Ça génère le stress de "ça ne se passe pas comme dans les livres". Il faut vivre l’expérience parentale, remettre en contexte [les situations vécues] et comprendre que ce qui se passe est normal. » Les craintes liées au désir d'être aussi performants comme parents que comme professionnels sont aussi des sources de stress.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin