•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'hostilité peut provoquer des problèmes de santé

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

L'hostilité peut provoquer des problèmes de santé

Audio fil du samedi 6 août 2016
Bianca D'Antono, professeure agréée au département de psychologie de l'Université de Montréal et directrice de l'unité de recherche en médecine comportementale et complémentaire à l'Institut de cardiologie de Montréal.

Bianca D'Antono, professeure agréée au département de psychologie de l'Université de Montréal et directrice de l'unité de recherche en médecine comportementale et complémentaire à l'Institut de cardiologie de Montréal.

Photo : Dean Mitchell / iStock

La dernière étude de Bianca D'Antono, professeure agrégée au Département de psychologie de l'Université de Montréal, et directrice de l'unité de recherche en médecine comportementale et complémentaire à l'Institut de cardiologie de Montréal, démontre que l'hostilité est associée à une augmentation des réactions inflammatoires, et ce, particulièrement chez les femmes.

Les réactions inflammatoires peuvent être désirées lorsque le corps est attaqué par des pathogènes; elles font partie du processus de guérison. Cependant, celles-ci sont aussi parfois provoquées par des facteurs psychologiques. Si l'augmentation du sentiment d'hostilité, comme on le sait depuis longtemps, augmente les risques de maladies cardiovasculaires, l'étude sur le sujet, menée par Mme D'Antono, démontre qu'un tel sentiment peut également provoquer de l'inflammation chez les personnes en santé.

Bianca D'Antono, professeure agrégée au Département de psychologie de l'Université de Montréal et directrice de l'unité de recherche en médecine comportementale et complémentaire de l'Institut de cardiologie de Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bianca D'Antono, professeure agrégée au département de psychologie de l'Université de Montréal et directrice de l'unité de recherche en médecine comportementale et complémentaire de l'Institut de cardiologie de Montréal.

Photo : Étienne Côté-Paluck / Radio-Canada

Cette augmentation du contexte inflammatoire démontre que le système qui vise à réduire l'inflammation est affecté. Par contre, rien ne laisse savoir pour l'instant avec certitude pourquoi les femmes sont plus touchées que les hommes. Règle générale, les femmes souffriront d'ailleurs souvent davantage d'inflammation que les hommes. La gestion du stress et de la colère devient d'autant plus importante pour sa santé. Comme bons remèdes au niveau de stress trop élevés, on recommande la gestion du temps, le bon sommeil et la saine alimentation. Si le simple stress peut induire cette réaction inflammatoire, les gens au tempérament plus hostile auront souvent des réactions inflammatoires plus sévères lors d'une situation stressante.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi