Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du mardi 24 juillet 2018

Se nourrir exclusivement de produits forestiers nordiques

Publié le

Une noix de noyer noir
La noix de noyer noir est « la meilleure noix au monde » selon Yvan Perreault.   Photo : iStock

Les forêts du Québec regorgent de fruits et de légumes encore incultivés et parfois même inconnus. En suivant une bonne formation, n'importe qui pourrait se nourrir exclusivement de ces aliments, affirme Yvan Perreault, formateur en commercialisation des produits forestiers non ligneux et fondateur du Club des producteurs de noix comestibles du Québec.

« Les gens sont en train de réoccuper le territoire. Ils veulent vivre en contact étroit avec la nature », estime Yvan Perreault. L’intérêt croissant des gens pour les produits forestiers nordiques s’inscrit dans leur désir plus large de manger des aliments locaux et bio.

Selon Yvan Perreault, les fermes forestières sont beaucoup plus saines pour l’environnement que les fermes agricoles. Il déplore que ces dernières utilisent énormément d’espace et de ressources pour cultiver un seul type d’aliment. Les fermes forestières utilisent leur espace plus optimalement, du sous-sol de la terre jusqu’au haut des arbres, pour produire une multitude d’aliments.

En permaculture, on plante des choses qui vont être là pour toujours, qui vont se passer de notre aide et qui vont proliférer sans nous. […] On plante une fois, mais on récolte pour toujours.

Yvan Perreault

Si la culture des produits forestiers nordiques est encore peu connue, les fermes forestières n’ont aucun problème de rentabilité. « Elles sont toutes en rupture de stock. Tout ce qu’elles produisent est immédiatement vendu dans les grands restaurants, dans les [commerces] de produits fins. Elles n’ont vraiment pas de problème », soutient Yvan Perreault.

Pour cultiver les produits forestiers sans risque, il faut absolument suivre une formation. Plusieurs plantes et champignons peuvent s’avérer très toxiques pour l’humain et peuvent causer la mort.

Pour ceux qui souhaitent se lancer dans la cueillette de produits forestiers, Yvan Perreault suggère de chercher les aliments suivants :

  • La noix de noyer noir
  • Le mélilot (dont l’essence peut être extraite)
  • Le foin d’odeur (herbe de bord de mer ou de gravelle)
  • L’aralie chasse-pareille (fruit sauvage)
  • La bardane (racine comestible)
  • Le sureau (fruit)

Chargement en cours