•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’arthrite juvénile : une maladie méconnue qui touche 3 enfants sur 1000 au Canada

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

L’arthrite juvénile : une maladie méconnue qui touche 3 enfants sur 1000 au Canada

Audio fil du samedi 23 juillet 2016
L'arthrite juvénile touche un nombre grandissant d'enfants

L'arthrite juvénile touche un nombre grandissant d'enfants

Photo : iStock

« On peut souffrir d'arthrite dès la première année de sa vie », explique Sarah Campillo, rhumatologue pédiatrique à l'Hôpital de Montréal pour enfants et spécialiste de l'arthrite juvénile. Les traitements actuels sont heureusement efficaces, mais pour agrémenter l'été de ses patients, elle a fondé un camp d'été qui s'adapte à leur rythme et qui ménage un peu leurs articulations endolories.

L’arthrite juvénile, explique Sarah Campillo, débute tôt durant l’enfance ou à l’adolescence, et elle est causée par une déficience du système immunitaire. Comme elle touche un squelette en pleine croissance, elle peut être plus grave que l’arthrose, car elle affecte le développement de l’ossature : certains enfants auront ainsi des jambes de longueur différente ou des déformations. Elle peut aussi causer de l'inflammation aux yeux.

Sarah Campillo est rhumatologue pédiatrique à l’Hôpital de Montréal pour enfants, et cofondatrice du camp ArticulAction Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sarah Campillo est rhumatologue pédiatrique à l’Hôpital de Montréal pour enfants, et co-fondatrice du camp ArticulAction

Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

Les traitements ne permettent jamais une guérison complète, mais ils permettent de soulager la douleur et offrent de longues périodes de rémission. Les enfants touchés sont néanmoins souvent restreints dans leurs activités estivales et c’est pour les aider à vivre un été sans douleur que Sarah Campillo a fondé un camp d’été dont la philosophie est de s’adapter au rythme et aux possibilités de chaque enfant plutôt que de lui imposer des activités à un rythme effréné, comme dans la plupart des camps réguliers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin