Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Gilles Payer
Audio fil du lundi 9 juillet 2018

Soins de naturopathie : beaucoup de disparités au Canada

Publié le

Les naturopathes utilisent la phytologie.
Les naturopathes utilisent, entre autres, la phytologie, la science des plantes.   Photo : iStock

Plusieurs provinces comme l'Ontario, la Nouvelle-Écosse et celles de l'Ouest offrent un cadre plus strict et plus clair que d'autres en ce qui concerne la pratique de la naturopathie, exigeant de ceux qui l'exercent une longue formation et l'appartenance à un ordre, au même titre que les médecins. Il s'agit en quelque sorte d'une façon de protéger le public et de mieux être respecté par la communauté médicale, explique Mélanie Robinson, naturopathe à Edmonton, en Alberta, où ce type de soins est reconnu.

Au Canada, la formation des naturopathes varie d’une province à l’autre, car il a plusieurs associations qui les représentent. En Alberta, les naturopathes sont reconnus comme des professionnels depuis 2012, et ils sont régis par le Collège des naturopathes.

Mélanie Robinson, qui a suivi une formation de quatre ans au Boucher Institute of Naturopathic Medicine, en Colombie-Britannique, explique qu'elle traite de nombreux patients qui ont des problèmes digestifs et des débalancements hormonaux, notamment les femmes enceintes. Elle a suivi une formation de 4800 heures, réparties équitablement en classe et en clinique.

Selon Mélanie Robinson, les naturopathes et les médecins traditionnels ont établi une excellente relation en Alberta au fil du temps.

« À Edmonton, il y a quelques médecins traditionnels qui me recommandent, et je peux diriger des patients vers eux. [...] Ça dépend du médecin. Je trouve que les médecins traditionnels qui sont plus jeunes, donc ceux qui ont [eu leur diplôme] dans les cinq dernières années, sont plus ouverts à la naturopathie », fait-elle remarquer.

Mélanie Robinson ajoute que les naturopathes peuvent aussi traiter des patients qui ont un cancer, mais pas dans les hôpitaux. Et elle tient à spécifier que la naturopathie s’inscrit, à cette occasion, dans une optique de médecine parallèle complémentaire à la médecine traditionnelle.

Chargement en cours