•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer du testicule : l’importance de l’auto-examen chez les jeunes

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Cancer du testicule : l’importance de l’auto-examen chez les jeunes

Audio fil du jeudi 12 avril 2018
Le symptôme le plus fréquent est l'augmentation du volume du testicule.

De tous les cancers masculins, le cancer du testicule est celui qui est associé au plus haut taux de guérison.

Photo : iStock

Si le cancer du testicule s'attaque principalement aux hommes qui sont statistiquement moins à risque de développer cette maladie, c'est-à-dire les jeunes de 14 à 35 ans, ces derniers peuvent se réjouir du fait que le taux de guérison pour ce cancer est de 97 %. Paul Perrotte, uro-oncologue, insiste sur l'importance de l'auto-examen fréquent, qui permet de détecter toute anomalie.

Paul Perrotte recommande aux hommes de procéder à un auto-examen une fois par mois, par mesure préventive. Le spécialiste du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) suggère aussi de faire cela sous la douche ou dans le bain.

« L’eau chaude fait que le scrotum est moins tendu et plus relaxe; le testicule est plus facilement palpable. On fait rouler le testicule entre l’index et le pouce. [...] Les lésions suspectes apparaîtraient comme une bosse dure qui va changer la forme du testicule. Souvent, ces bosses sont tout à fait indolores », explique-t-il.

L’auto-examen permet aux hommes de détecter rapidement s’ils sentent quelque chose de suspect sur un de leurs testicules, car le cancer attaque habituellement un seul testicule. Il est donc important de prendre le temps d'observer son corps afin de détecter toute anomalie.

Vivre avec un seul testicule
La plupart des hommes atteints du cancer du testicule subiront une chirurgie. Le type d'intervention dépend surtout du stade du cancer. L’ablation est, la plupart du temps, privilégiée.

Paul Perrotte se veut toutefois rassurant : homme peut très bien vivre avec un seul testicule, cet organe responsable de la production des spermatozoïdes et de la testostérone.

Un seul testicule arrive à faire tout ça tout seul, si on a dû enlever celui qui était atteint.

Paul Perrotte, uro-oncologue au CHUM
Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin