Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 15 mars 2018

La coloscopie de dépistage, le meilleur outil pour lutter contre le cancer du côlon

Publié le

Cette infographie montre un polype situé dans le côlon et un appareil avec une sangle permettant de retirer le polype.
Lors de la coloscopie, le gastro-entérologue pourra retirer les polypes et les faire analyser pour déterminer s'ils sont cancéreux.   Photo : iStock / Eraxion

« Il y a de bonnes données dans la littérature qui suggèrent qu'un dépistage chez les gens qui n'ont aucun problème peut mener à une détection précoce, donc avant que ça devienne un cancer. Chez les gens chez qui on détecte un cancer, on peut le détecter plus tôt. » Le Dr Alan Barkun explique pourquoi les personnes âgées de plus de 50 ans doivent se faire dépister pour le cancer du côlon, et ce, même si elles n'ont aucun facteur de risque.

Le cancer colorectal se traduit par des cellules de la paroi interne du côlon qui se multiplient de façon incontrôlable. Dans 70 % des cas, cela mène à des polypes, soit des excroissances de tissu, qui sont détectables lors d’une coloscopie.

M. Barkun, qui est directeur clinique au centre de gastro-entérologie du Centre universitaire de santé McGill, rapporte que les personnes âgées de 50 à 74 ans devraient demander à leur médecin généraliste de faire un dépistage de sang dans les selles tous les deux ans. « C’est facile à faire et ça se fait très rapidement. »

Si le dépistage est positif, une coloscopie sera prescrite. Cet examen consiste à enfiler dans le côlon, qui mesure entre 1,5 et 2,5 pieds, un tube dont le diamètre s’apparente à la taille d’un petit doigt. « On peut voir 95 % de la surface du côlon. »

L’examen permet de faire un dépistage et de retirer les polypes trouvés. « Si l'on peut les éliminer lors de la coloscopie, ça peut prévenir une évolution vers un cancer, qui peut se propager. »

Le développement du cancer colorectal prend entre 10 et 15 ans, ce qui donne une marge de manoeuvre pour le dépister et le traiter. « S’il est détecté de façon précoce, il y a un taux de 90 % de survie, alors que si c’est un cancer qui est généralisé, ça descend de façon très marquée », conclut le gastro-entérologue.

Chargement en cours