Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du lundi 5 février 2018

Manger local en hiver : oui, c'est possible

Publié le

Des légumes
Pommes de terre, carottes et betteraves sont produits en grande quantité au Québec.   Photo : iStock

Manger entièrement québécois tout au long de nos rigoureux hivers est utopiste, mais on peut favoriser de nombreux légumes d'ici : ceux produits pendant l'été et qui ont une longue période de fraîcheur, comme les pommes de terre, ou encore les pousses et champignons que l'on fait pousser soi-même en pot à la maison. Le surgelé local est aussi une bonne option, résume le nutritionniste Bernard Lavallée.

Les joies de la pomme de terre
Sans faire comme nos arrière-grands-parents et ne manger que des pommes de terre, des navets ou des betteraves tout l’hiver, il est possible de composer plus fréquemment nos menus avec ces aliments. Carottes, choux, oignons, ail, poireaux, céleris-raves et courges sont aussi à considérer. Du côté des fruits, nous produisons six variétés de pommes qui sont présentes sur nos étals au moins une partie de l’hiver, soit la Cortland, la Empire, la McIntosh, la Spartan, la Honeycrisp et la Gala.

Faire pousser de la verdure chez soi
En raison de la luminosité réduite l’hiver, les légumes traditionnels du potager ne peuvent pas pousser dans nos appartements. Mais les pousses et les germinations, elles, n’en demandent pas autant. Tout ce dont vous avez besoin, ce sont des graines (tournesol, chia, radis, moutarde, brocoli, quinoa, légumineuses, etc.), un pot de verre transparent, de l’étamine (communément appelée « coton à fromage »), un élastique, puis de l’eau. En quelques jours, vous aurez de la verdure locale à vous mettre sous la dent pour un prix défiant toute concurrence.

Cultiver des champignons
« Une autre expérience que j’aime bien est la culture des champignons à l’intérieur, raconte Bernard Lavallée. De nombreuses entreprises québécoises, comme la Mycoboutique, Champignon Maison ou Violon et Champignons, produisent des trousses de culture de pleurotes bleus, de pleurotes roses ou de shiitake. C’est un peu plus exigeant que les pousses et les germinations, mais à peine. En plus, ça sort de l’ordinaire, c’est une belle expérience à tenter avec les enfants, et ça permet d’avoir accès à des champignons frais et locaux à l’année! »

Miser sur le surgelé
Choux-fleurs, choux de Bruxelles, brocolis, haricots, petits pois, épinards, maïs, fraises, framboises et bleuets sont autant de fruits et légumes cultivés au Québec et offerts surgelés à prix modeste dans la plupart des supermarchés. Les mélanges pour soupes, potages, sautés et sauces peuvent également être très pratiques pour gagner du temps.

Chargement en cours