Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du lundi 23 octobre 2017

Cybersécurité : des trucs pour se protéger contre la fraude

Publié le

71% des attaques d'hameçonnage utilisent le nom et le logo des institutions financières.
71% des attaques d'hameçonnage utilisent le nom et le logo des institutions financières.   Photo : iStock

« La fraude en ligne représente aujourd'hui la moitié de tous les crimes réunis », souligne Benoît Dupont, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cybersécurité de l'Université de Montréal. Le porte-parole de la campagne Je garde ça pour moi, qui vise à sensibiliser les consommateurs à l'adoption de bonnes pratiques quant à la cybersécurité, donne quelques conseils pour éviter d'être victime de fraude en ligne.

Même si les internautes se croient bien avisés, 97 % d’entre eux ne sont pas en mesure de reconnaître un courriel d'hameçonnage. Il s’agit pourtant d'une des techniques les plus utilisées par les fraudeurs dans le but d’obtenir les informations bancaires des consommateurs.

Ceux qui envoient des courriels d'hameçonnage en prétendant représenter une institution financière demandent généralement aux consommateurs de confirmer des renseignements personnels en cliquant sur un lien qui mène vers un faux site web.

La première chose à faire dès qu’on voit ce type de message, c’est de le mettre directement à la corbeille. [...] Les banques ne communiquent jamais avec vous pour vous demander ce type de choses.

Benoît Dupont, expert en cybersécurité

Benoît Dupont insiste sur le fait qu’il ne faut absolument pas cliquer sur les hyperliens qui se trouvent dans les courriels douteux. Un simple clic peut être fatal, car ce simple geste pourrait télécharger un logiciel malveillant dans votre ordinateur.

« Tout ce que vous allez faire à partir de ce moment, tous les codes et identifiants que vous allez taper sur votre clavier vont être enregistrés et envoyés aux fraudeurs », explique-t-il.

S’il est important de se doter d’un logiciel antivirus, la vigilance demeure la meilleure arme contre les cybercriminels. « On doit se mettre dans un état d’esprit où la méfiance est la position par défaut, et on ne fait confiance que quand on peut déterminer avec certitude que les courriels proviennent bien de l’expéditeur dont l’adresse figure en tête du message. »

Espionnage social
À l'ère des réseaux sociaux, les informations qui apparaissent sur votre profil public peuvent être utilisées par des fraudeurs. Il faut donc faire preuve de vigilance quant à l'information que vous révélez, tant dans votre profil que dans vos statuts communiqués à votre réseau.

À ce sujet, il est conseillé d’examiner vos paramètres de confidentialité afin de les rendre les plus stricts possible.

Un bon mot de passe
Pour se prémunir contre la cybercriminalité, il est impératif de se doter de mots de passe complexes et difficiles à retenir, dit Benoît Dupont. Il faut ainsi privilégier les mots de passe qui comprennent des lettres majuscules, minuscules ainsi que de nombreux chiffres différents.

Si possible, il faut éviter de se créer un mot de passe se terminant par les chiffres qui correspondent à sa date de naissance.

Quoi faire en cas d’hameçonnage?
Si un consommateur pense avoir été roulé, il doit d’abord contacter son institution financière pour s’assurer qu’aucune transaction suspecte n’a été effectuée sur son compte.

On peut aussi contacter les grandes agences de crédit pour faire geler notre score de crédit, pour éviter justement que des demandes de carte de crédit ou d’hypothèque puissent être faites à notre nom, à notre insu.

Benoît Dupont, expert en cybersécurité

Il est aussi recommandé de contacter le Centre antifraude du Canada.

Chargement en cours