Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 2 août 2017

La berce du Caucase, une plante envahissante aussi belle que toxique

Publié le

Des plants de berce du Caucase
Des plants de berce du Caucase   Photo : iStock

« Lorsqu'on se brûle avec la sève de la plante, cela peut être particulièrement problématique. Si vous avez des démangeaisons, on parle alors de l'herbe à puces, mais si vous avez mal, c'est le symptôme de la berce du Caucase », explique le biologiste Claude Lavoie. Au début du mois de juillet, quatre municipalités de l'Estrie (Racine, Valcourt, Canton de Valcourt et Maricourt) ont décidé d'unir leurs forces afin d'enrayer la berce du Caucase de leur territoire ; une plante verte exotique très robuste dont la sève est hautement toxique.

Plante exotique
La berce du Caucase est une plante montagneuse qui provient de la Géorgie, au sud de la Russie. C’est une plante de la famille des ombellifères, donc de la même famille que les céleris. Sa croissance est rapide, et certains spécimens peuvent atteindre plus de cinq mètres de haut.
« Ce qui la caractérise, c’est la tige ponctuée de taches rouges et qui va se terminer par une ombelle de fleurs spectaculaires, ajoute Claude Lavoir. La plante est introduite un peu partout dans le monde, surtout en Europe et en Amérique du Nord, essentiellement pour ses propriétés ornementales. C’est une plante spectaculaire, qui est jolie, mais lorsqu’on se frotte à sa sève, on a quelques problèmes. »

Une invasion féroce
La berce du Caucase est une plante de lumière. Elle colonise des milieux très ouverts en bordure de rivière, dans les champs, là où la compétition est moindre. Une fois dans sa vie, elle peut produire jusqu’à 25 000 graines. « Le premier spécimen vu en nature au Québec était dans les Cantons-de-l’Est en 1990. Ça s’est comporté plutôt poliment pendant plusieurs années, mais depuis le milieu des années 2000, les populations sont véritablement en expansion », dit le biologiste Claude Lavoie.

S’inspirer des Tchèques
La République tchèque est, à l’heure actuelle, le pays le plus envahi par la berce du Caucase. « Les Tchèques ont appris à vivre avec cette plante depuis 150 ans. Ils ont réussi tant bien que mal à se coordonner afin d'éliminer 75 % des populations de la berce du Caucase. Ils ne s’en débarrasseront jamais, mais ils vivent avec elle et ils font attention », explique-t-il.

Mobilisation régionale
« La berce du Caucase est la première plante envahissante autour de laquelle je sens une véritable mobilisation, pas au niveau provincial, mais certainement au niveau régional. Les gens s’entraident pour enrayer et tuer dans l’œuf une invasion en émergence », remarque Claude Lavoie.

Avertissement indiquant la présence de berces du Caucase
La berce du Caucase est une plante exotique toxique et envahissante Photo : Radio-Canada/Martine Côté

Chargement en cours