•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fausse couche : une formation pour mieux outiller les infirmières

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Fausse couche : une formation pour mieux outiller les infirmières

Audio fil du mardi 27 juin 2017
Francine de Montigny, infirmière et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles à l’Université du Québec en Outaouais

Francine de Montigny, infirmière et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles à l’Université du Québec en Outaouais

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Afin de pallier les lacunes constatées au sein du milieu hospitalier dans l'accompagnement des parents qui vivent un deuil périnatal, Francine de Montigny, infirmière, psychologue et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles à l'Université du Québec en Outaouais, a mené un projet prometteur ayant débouché sur la formation d'une centaine d'infirmières. Cette formation leur a permis d'être mieux outillées afin d'accompagner psychologiquement les femmes, à la fois au moment où elles font une fausse couche et dans les semaines et mois qui suivent le drame.

Selon Francine de Montigny, qui a coréalisé une étude portant sur les troubles de santé mentale que les mères développent après une fausse couche, il était impératif de mener un tel projet.

De nombreux parents lui avaient raconté à quel point leur expérience avait été pénible et banalisée lorsqu’ils s’étaient présentés au triage de l’urgence. Il fallait donc, selon Francine de Montigny, transformer les pratiques de prise en charge des femmes qui vivent une fausse couche à l’urgence et de leur partenaire.

Au total, une centaine d’infirmières de près d’une dizaine d’urgences de l’Outaouais ont suivi la formation, sur une période de six mois. Les enseignements portaient notamment sur l’importance de tenir compte du conjoint et de la personne qui accompagne la femme victime d’une fausse couche. L’accent était aussi mis sur l’importance de fournir une pièce au couple éprouvé.

Les résultats ont été probants, souligne Francine de Montigny. À partir du moment où les infirmières ont reçu leur formation, les établissements où elles travaillent n’ont plus reçu de plaintes au sujet de l’accompagnement offert aux femmes ayant fait une fausse couche.

Quelques données sur les fausses couches au Québec :
- Près de 1 grossesse sur 5 se termine par une fausse couche dans les 12 premières semaines;
- 80 % des femmes vivant une fausse couche se présentent à l’urgence, soit environ 16 000 femmes par année;
- La majorité des femmes consultent l’urgence à trois reprises pour la même fausse couche;
- L’année suivant une fausse couche, 55 % des parents vivent dépression et anxiété;
- L’année suivant une fausse couche, 27 % des parents ont un sentiment de deuil;
- L’année suivant une fausse couche, 17 % des femmes ont des pensées suicidaires.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin