Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 29 mai 2017

Un cours 101 pour empêcher le plastique de ruiner la planète

Publié le

Le plastique des bouteilles d'eau est l'un des plus faciles à recycler.
Le plastique des bouteilles d'eau est l'un des plus faciles à recycler.   Photo : iStock

« Si nous continuons à agir comme nous le faisons, notre utilisation du plastique va continuer à créer une pollution dommageable pour la planète, dit le professeur de design Sylvain Allard, mais il y a des manières de changer la donne. » Mieux connaître les plastiques qu'on utilise pourrait, selon lui, nous permettre de freiner la création de ce qu'il est convenu d'appeler le « septième continent de plastique ».

Le septième continent, une immense plaque de plastique qui tourbillonne dans le nord de l’océan Pacifique, ne cesse de prendre de l’ampleur. Il ne sert toutefois à rien de diaboliser le plastique, qui continue d’être produit à grande échelle et de nous être utile : mieux vaut en connaître les différentes compositions et les manières de l’utiliser sans dégâts écologiques.

Certains plastiques se recyclent mieux que d’autres. Certains sont plus toxiques. Pour les identifier, on peut consulter le code d’identification des résines. Il est imparfait, ne contenant que 7 types de plastique alors que, dans la réalité, il y en a bien davantage, mais il demeure un bon outil de base pour déterminer quels sont les plastiques les moins dommageables.

Sylvain Allard


« Tous les plastiques sont bons si on les utilise pour les bonnes fonctions, poursuit Sylvain Allard. Par exemple, le plastique numéro 1, le polyétéréphtalate d’éthylène, est celui qui est généralement utilisé pour fabriquer les bouteilles d’eau. Il est très facilement recyclable. Le plastique numéro 3, lui, devrait être utilisé pour des produits qui n’entrent pas en contact avec les aliments ou les jouets des enfants, parce qu’il relargue des phtalates (perturbateurs endocriniens) lorsqu’il est chauffé ou en contact avec des corps gras. »

Heureusement, des solutions de rechange sont en cours de développement. Plusieurs multinationales, dont Unilever, Coca-Cola et Veolia, s’engagent dans un vaste plan d’action destiné à repenser la façon dont elles produisent et recyclent les matières plastiques.

Pour faire disparaître progressivement le septième continent de plastique, le système inventé par le jeune Boyan Slat est prometteur :

   

Chargement en cours