•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éliminer les idées suicidaires avec un tranquillisant pour cheval

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Éliminer les idées suicidaires avec un tranquillisant pour cheval

Audio fil du jeudi 23 mars 2017
L’organisme OUTSaskatoon annonce l’ouverture de la première maison d’hébergement pour jeunes LGBTQ dans la ville des ponts.

L’organisme OUTSaskatoon annonce l’ouverture de la première maison d’hébergement pour jeunes LGBTQ dans la ville des ponts.

Photo : Radio-Canada

La kétamine, un anesthésiant utilisé en médecine humaine et vétérinaire, permet, à petites doses, d'éloigner les idées suicidaires chez des patients dépressifs, révèle le Dr Pierre Blier, professeur au Département de psychiatrie de l'Université d'Ottawa. L'effet est fulgurant; il se fait sentir en moins de 24 h dans la plupart des cas.

L’idéation suicidaire ne revient que quelques semaines plus tard, ce qui laisse aux médecins et aux psychiatres le temps d'aller régler la dépression à la source. « L’action rapide de la kétamine permet d’éviter le pire et nous donne plus de temps [pour agir] », explique le spécialiste.

Avec les stratégies antidépressives actuelles, les effets bénéfiques surviennent dans les deux premières semaines. [Avec la kétamine], ça prend quelques heures.

Dr Pierre Blier

La substance aurait aussi un effet antidépresseur, quoique moins marqué. « Les deux phénomènes [dépression et idéation suicidaire] sont indépendants. »

Une injection intraveineuse minutieuse
Avec un groupe de recherche de l’hôpital Royal d’Ottawa, le Dr Blier a commencé il y a quelques années à tester la kétamine sur des personnes pour qui les antidépresseurs ordinaires n’étaient d’aucun secours. La dose est quatre fois inférieure à celle nécessaire pour une anesthésie et entre dans le système en une quarantaine de minutes par intraveineuse.

« Si tout va bien dans plusieurs études en cours, on parle d’une mise en marché à la fin de 2019 », déclare le Dr Blier. D’ici là, lui et ses collègues se pencheront sur les électrochocs et sur leur intégration à un traitement croisé avec la kétamine et les antidépresseurs actuels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi