Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 14 février 2017

Fentanyl : les quatre piliers de la lutte contre la dépendance

Publié le

Le Dr Brian Conway
Le Dr Brian Conway   Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Les soins médicaux, le soutien psychologique, la lutte contre l'accoutumance et l'intégration sociale sont « les quatre pattes d'une chaise » sur laquelle sont assis les gens à risque de développer une dépendance au fentanyl, indique le Dr Brian Conway, fondateur et président de RésoSanté Colombie-Britannique. Si l'une des pattes lâche, c'est toute la structure qui flanche.

Pour solidifier cette chaise, il faut travailler sur les quatre aspects mentionnés. Cela requiert des travailleurs sociaux et de rue qui connaissent les particularités de l’environnement des personnes dépendantes, un accès aux soins psychologiques et médicaux, un meilleur accès au naloxone – l’antidote dans le cas d’une surdose de fentanyl –, etc. Il est nécessaire de « réintégrer ces gens à un système duquel ils se sentent désengagés », résume Brian Conway.

Du Downtown Eastside au reste de la province

Ce n’est pas pour rien que l’utilisation de cet opioïde dangereux est particulièrement répandue dans le quartier Downtown Eastside, à Vancouver. C’est le seul de la ville qui est abordable pour les gens qui vivent en ayant recours aux prestations gouvernementales. La population de l’endroit vit sans espoir, ce qui crée « une spirale qui tire vers le bas » et qui est favorable à la consommation de substances illicites, comme le fentanyl, abordable et très puissant.

Après être apparu dans ce quartier de Vancouver, le puissant opioïde a commencé à faire son chemin dans la province et même ailleurs au pays. Surrey, en banlieue de la métropole, et le nord-est de la Colombie-Britannique, à proximité de la frontière albertaine, sont deux régions mentionnées par le DConway comme étant aux prises avec un sérieux problème de consommateurs de fentanyl. Environ 900 personnes ont perdu la vie à la suite d’une surdose en 2016 dans la province, dont 140 en décembre seulement.

RÉFÉRENCES
Site web - RésoSanté Colombie-Britannique

Chargement en cours