Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Gilles Payer
Audio fil du lundi 6 février 2017

Famille : la relation moderne entre parents et ados québécois

Publié le

Une jeune adolescente montre quelque chose à son père sur une tablette. Les deux sont assis sur un fauteuil gris.
Michel Claes explore les relations entre parents et adolescents.   Photo : iStock

Contrairement à la croyance, les parents québécois ne sont pas « mous », selon une étude menée par Michel Claes, professeur en psychologie. Le chercheur les considère plutôt comme étant modernes, ce qui fait en sorte que les adolescents de la province sont plus heureux que ceux des quatre autres pays sondés (Mexique, États-Unis, France et Italie).

Michel Claes a interrogé près de 2000 adolescents de 12 à 15 ans et leurs parents. L’idée de l’étude lui est venue de la conception acceptée parmi la communauté de la psychologie que les relations familiales québécoises sont à mi-chemin entre l’Europe et l’Amérique du Nord. « En fait, il n’y a pratiquement pas de différence entre les États-Unis et le Québec », résume-t-il.

Les Français, plus coercitifs
La proximité affective entre parents et enfants et la notion de contrôle et de règles sont les deux sujets sur lesquels Michel Claes s’est penché. Si, au Québec, il y a plus d’ouverture de la part des adultes quant à la négociation, à la tolérance et à l’acceptation, en France et au Mexique, le système est plus basé sur les conséquences et sur une autorité parentale forte. Les parents de ces deux pays, particulièrement les pères, ont plus souvent recours à la violence pour faire respecter l’ordre à la maison.

La relation avec la mère, une constante
Peu importe le pays étudié, une chose ne change pas : les adolescents perçoivent leur mère comme étant plus sévère et sont plus souvent en conflit avec elle. Cela s’explique par sa présence plus grande dans l’organisation des activités quotidiennes, déclare le professeur de psychologie.

À l’adolescence, il y a des passages importants : indépendance par rapport aux parents, relations amoureuses, choix de carrière et de vie... 

Michel Claes

Chargement en cours