Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 19 juin 2019

Enfants intoxiqués au cannabis : une réalité que les parents ne doivent pas prendre à la légère

Publié le

Une personne tient un joint.
Chez les enfants, les intoxications accidentelles au cannabis sont en hausse nette depuis quelques mois.   Photo : iStock

« Le message qu'on veut passer aux parents, c'est : si vous pensez que votre enfant est exposé à ça, n'hésitez pas à venir à l'urgence. Ce n'est pas une raison pour laquelle on va mettre la Direction de la protection de la jeunesse sur votre dos. » Dominic Chaput, urgentologue et toxicologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants, est catégorique : les parents qui pensent que leur enfant a consommé accidentellement du cannabis devraient se rendre sans attendre à l'urgence. Une telle intoxication, si elle n'est pas traitée, peut entraîner des problèmes de santé à long terme pour l'enfant.

Depuis la légalisation du cannabis à l’automne 2018, l’Hôpital de Montréal pour enfants a observé une hausse significative de cas d’intoxication au cannabis chez les très jeunes enfants. À l’occasion, des parents sont arrivés à l’urgence de l’établissement alors que leur enfant était en convulsion.

Certains cas qu’on a vus devaient avoir une attention médicale. Certains sont allés aux soins intensifs. […] Si l’enfant convulse une longue durée de temps, et qu’on n’est pas capables d’arrêter la convulsion, il peut y avoir des conséquences neurologiques.

Dominic Chaput, urgentologue et toxicologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants

Selon Dominic Chaput, un enfant qui consomme du cannabis verra son niveau d'activité habituel diminuer. Il pourra aussi tomber dans un état d'hypersomnolence. « Si ça progresse, on peut avoir un enfant qui va devenir un peu plus comateux, qui ne réagira pas à son environnement », explique-t-il.

Aux parents qui se sentiraient honteux d’avoir laissé traîner du cannabis que leur enfant aurait accidentellement consommé, et qui refuseraient de se rendre dans un hôpital, Dominic Chaput répond ceci : « C’est tellement plus simple de venir à l’urgence. Et dans ces cas-là, […] il n’y a pas de temps d’attente de plusieurs heures. Vous allez être vus et le cas sera évalué de façon rapide et immédiate, et les soins vont être prodigués. »

L’urgentologue suggère aux parents qui auraient du cannabis à la maison de le garder sous clé ou dans un endroit sécuritaire, loin de la portée des enfants.

Chargement en cours