Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 6 juin 2019

Nourrir les oiseaux : une belle activité, à condition de nettoyer souvent votre mangeoire

Publié le

Un cardinal rouge
Un cardinal rouge se tient sur une mangeoire.   Photo : iStock

« On parle de plus en plus du phénomène de décrochage nature. [...] C'est une façon de garder un petit lien avec la nature qui nous entoure, même en pleine ville. Donc, c'est très bénéfique », dit Jean-Sébastien Guénette, biologiste et directeur général du Regroupement QuébecOiseaux, au sujet de l'observation d'oiseaux. Une des façons de mieux apprécier l'ornithologie est de se procurer une mangeoire. Il est cependant important de la nettoyer régulièrement, prévient le spécialiste, afin d'éviter la propagation de certaines maladies.

« Depuis quelques années, il y a une épidémie de toxoplasmose, qui est une bactérie qui se propage par les mangeoires à oiseaux. Ça se transmet par la salive des oiseaux. Donc, quand ils vont se nourrir, ils laissent la bactérie sur le bord de la mangeoire », explique Jean-Sébastien Guénette.

L'année dernière, le Regroupement QuébecOiseaux a envoyé un communiqué à tous ses membres pour suggérer de retirer les mangeoires pendant quelques semaines, le temps que l’épidémie se résorbe un peu. La situation semble être maîtrisée pour la saison estivale qui arrive, mais l'organisme reste tout de même aux aguets.

Le directeur du Regroupement QuébecOiseaux, dont la mission est de développer le loisir ornithologique et de contribuer à la protection des oiseaux, explique qu’une mangeoire devrait être nettoyée une fois par mois. « En fait, on recommande aussi de désinfecter assez fréquemment les mangeoires, même s’il n’y a pas d’épidémie, pour justement éviter ce genre de problème. » De l’eau savonneuse ou encore un peu de vinaigre peuvent faire l’affaire.

Il y aurait 2,6 millions de personnes au Québec qui s’intéressent à l’ornithologie, selon Jean-Sébastien Guénette. C’est du moins ce qu’a révélé un sondage mené par QuébecOiseaux il y a quelques années.

Chargement en cours