Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 1 mai 2019

Redécouvrir les fruits et légumes d'autrefois grâce aux semences

Publié le

Le melon d'Oka est un des produits mis en valeur par l'opération Gardiens de semences.
Le melon d'Oka fait partie des produits mis en valeur par l'opération Gardiens de semences.   Photo : Facebook / Gardiens de semences

« C'est fabuleux, l'enthousiasme qu'il peut y avoir autour de ça », note Thibault Renouf, cofondateur du réseau Arrivage, à propos de l'opération Gardiens de semences, dont l'objectif est de faire connaître à la population du Québec toute une variété d'aliments un peu oubliés, mais qui proviennent pourtant du patrimoine agroalimentaire québécois. Lancée l'an dernier, l'initiative rassemble maintenant plus de 50 chefs et producteurs du Québec.

« L'idée [...], c'est d'aller chercher des semenciers artisanaux, qui sont présents un peu partout au Québec, et de proposer des semences qui se vendent moins, des semences qu'il faudrait mettre de l'avant, parce que l'agriculture industrialisée a fait en sorte qu'on a standardisé notre alimentation, et donc, avec elle, les semences », explique Thibault Renouf.

Chaque chef impliqué dans le projet, par exemple Benjamin Mauroy-Langlais, du restaurant montréalais Le Petit Mousso, choisi une semence rare. Il s'associe par la suite à un jardinier maraîcher, et s'engage à mettre l'aliment dans un de ses plats. Dans le cas du Petit Mousso, c’est le melon d’Oka qui est mis en valeur.

Salsifis, courges Crookneck iroquois, betteraves Chioggia et melons Kiwano sont quelques autres exemples de fruits et légumes récoltés cette année et qui se retrouvent dans les restaurants ou sur les étals des épiceries qui participent à l’opération Gardiens de semences.

En réponse à la biodiversité menacée

Citant des chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, Thibault Renouf indique que 75 % de la biodiversité alimentaire a disparu en 100 ans, en raison de la mainmise des multinationales comme Monsanto, qui produisent des semences.

Selon le cofondateur du réseau Arrivage, voilà pourquoi est née l’opération Gardiens de semences. L’idée est de redécouvrir, à travers les semences, les aliments qui font partie de notre héritage agroalimentaire.

On est tous là à pousser notre chariot à l’épicerie, et puis à oublier que, derrière la tomate, il y a une histoire. […] C’est très rare la possibilité de trouver des tomates ancestrales dans les épiceries aujourd’hui au Québec. […] On les a oubliées, parce qu’on a voulu faire des économies, parce qu’on a oublié de se poser la question, et parce qu’il fallait être rapide et efficace dans l’approvisionnement de nos frigos.

Thibault Renouf, cofondateur du réseau Arrivage

Chargement en cours