Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 15 avril 2019

Un outil en ligne pour améliorer le sommeil des travailleurs de nuit

Publié le

Un homme dort dans son lit.
Plus du tiers de la population active au Québec – une personne sur trois – travaille de nuit.   Photo : iStock

« Il n'y a pas de recette miracle. C'est à peu près impossible de n'avoir aucun problème [de sommeil] en travaillant de nuit. Il y en a [qui n'en ont pas], mais c'est très rare, parce que c'est anormal pour l'être humain de travailler de nuit. Mais il y a des choses qu'on peut faire pour mieux vivre le travail de nuit », dit Marie Dumont, chercheuse spécialisée dans le sommeil. Celle qui a passé 30 ans à étudier le rythme biologique des travailleurs nocturnes a mis au point un outil gratuit en ligne qui leur est destiné, question d'améliorer leur sommeil et, ainsi, de préserver leur santé.

Cette ressource numérique, qui s’adresse aux personnes devant travailler la nuit de façon occasionnelle ou régulière, se présente en quatre modules. Les trois premiers présentent de l’information sur les effets du travail de nuit, en particulier sur le sommeil. Ces modules ont pour objectif d’aider les travailleurs à identifier leurs propres difficultés et leurs propres obstacles à un bon sommeil lorsqu’ils sont actifs professionnellement la nuit.

Le quatrième module propose quant à lui de nombreuses stratégies parmi lesquelles les travailleurs peuvent choisir, « car il n’y a pas deux travailleurs pareils, et les horaires de travail sont très variables », explique Marie Dumont, professeure au Département de psychiatrie et d'addictologie à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal et chercheuse au Centre d'études avancées en médecine du sommeil.

Rappelons qu’au Canada, quatre millions de travailleurs ont un horaire de nuit.

Chargement en cours