Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 2 avril 2019

Les dangers de l’autotraitement orthodontique

Publié le

Des broches orthodontiques.
Des broches orthodontiques.   Photo : iStock / Mikhail Kokhanchikov

Un nouveau phénomène encourage les gens à créer eux-mêmes leur traitement d'orthodontie. Les sites de partage de vidéos présentent en effet des didacticiels, et des entreprises proposent simplement l'achat d'une trousse en ligne. L'autotraitement peut avoir des conséquences désastreuses pouvant aller jusqu'à la perte des dents, selon le Dr Jean-Marc Dumoulin.

L’orthodontiste se rappelle lorsqu’une de ses patientes, une jeune adolescente, a voulu diminuer l’espace entre ses deux incisives. Elle a suivi les conseils d’une vidéo en ligne et s’est mise elle-même un élastique entre les dents pour les rapprocher. Après quelques jours, l’élastique a disparu. Il avait pénétré entre la racine et la gencive. Cette fille a risqué un déchaussement de ses deux dents.

« C’est quelque chose qui peut arriver, malheureusement, plus souvent qu’on le croit », explique le docteur.

C’est le reflet d’un nouveau phénomène d’orthodontie à faire soi-même, selon lui.

Des entreprises qui en profitent

De nouvelles entreprises en Ontario et aux États-Unis, où la loi le permet, ont aussi été lancées pour offrir des solutions maison aux problèmes d’orthodontie. Celles-ci offrent par exemple de se rendre dans un endroit, souvent dans un salon de coiffure ou chez une esthéticienne, pour faire une imagerie médicale de ses dents.

Des prothèses sont ensuite envoyées par la poste, pour un prix variant autour de 2000 $. C'est beaucoup moins cher que les traitements habituels, de 6000 $ ou 8000 $, chez un orthodontiste, qui sont toutefois déductibles d’impôt. On offre souvent aussi, notamment, des traitements de blanchiment des dents.

Les gens se font un traitement sans avoir aucun contrôle sur la santé des gencives, la position des dents et le niveau de force. C’est impossible que ça puisse marcher.

Dr Jean-Marc Dumoulin, orthodontiste

Un simple formulaire en ligne permet de participer à ces programmes à l’extérieur du Québec. De nombreux commerces, qui utilisent souvent un marketing agressif, ont commencé à offrir ces services à Ottawa ou à Toronto dans les dernières années, entre autres.

« Pour être orthodontiste, ça prend entre 8 et 10 ans d’études, explique le Dr Jean-Marc Dumoulin. Comment est-ce qu’une coiffeuse ou une esthéticienne peut prendre un moulage électronique? »

Les risques sont élevés, selon lui, puisque parfois, il est contre-indiqué de déplacer des dents. Il est même possible de créer de nouveaux problèmes d’élocution et de mastication, et même une perte des dents.

« C’est vraiment une attrape, conclut l’orthodontiste. Allez chercher un diagnostic. C’est toujours plus prudent. »

Chargement en cours