Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 5 mars 2019

Des serres pour produire en ville

Publié le

Laitues qui poussent dans une serre établie sur le toit d'un entrepôt.
Dans les villes, on cherche des façons de devenir un peu plus autosuffisants sur le plan alimentaire.   Photo : Radio-Canada

La plupart des villes québécoises et canadiennes permettent aux citoyens de posséder une serre sur le terrain de leur résidence, mais, pour plein de raisons, les citoyens se prévalent peu de cette autorisation. Pourtant, comme l'explique Jean-Philippe Vermette, du Laboratoire d'agriculture urbaine de l'UQAM, jardiner en serre n'est pas si compliqué ni tellement onéreux, si on sait s'y consacrer avec un peu d'inventivité.

Les gens ont l’impression que c’est interdit, que c’est compliqué, que c’est cher. Mais ce ne l’est pas. Il suffirait probablement de quelques tutoriels populaires sur YouTube pour propager l’idée et voir un quartier urbain tel que Rosemont pulluler de serres urbaines. La serre permet de jardiner en ville et d'allonger considérablement la saison des récoltes.

Jean-Philippe Vermette, directeur du laboratoire d'agriculture urbaine de l'UQAM

Le citoyen désirant installer une petite serre chez lui n'a même pas besoin de disposer d'un grand espace, selon Jean-Philippe Vermette. Un vieux châssis accolé sur la façade extérieure de la maison ou de l'immeuble locatif constitue déjà, en soi, une mini-serre. « Vous pourriez convertir un vieil abri Tempo avec du polyéthylène simple, ajoute le spécialiste d'agriculture urbaine. Ça ne coûte pas grand-chose, et c'est à la portée de tous. Si vous êtes un esthète, des magasins à grande surface offrent aussi des solutions clé en main très jolies. Pour aussi peu que 2000 $, on peut installer une serre durable, non chauffée, pour allonger un peu la période de jardinage. »

Les passionnés voudront probablement opter pour une serre chauffée, ou trouver d'autres solutions pour garder les légumes au chaud quand le mercure descend. Rien de très compliqué, même en hiver : il est possible de créer une « serre solaire passive » en l'enterrant partiellement sous la neige ou en l'enserrant entre les bancs de neige.

Certains le font évidemment de manière plus sophistiquée. Voyez, par exemple, la serre solaire passive d'hiver en aquaponie de Vincent Leblanc.

Envie de tenter l'aventure? La première étape est de vérifier si votre ville ou votre arrondissement le permet.

Référence :

« Une serre à la maison! », publié sur le site web du Laboratoire sur l'agriculture urbaine

Chargement en cours