Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 18 février 2019

L’importance de ne pas confondre poussées de croissance et arthrite juvénile

Publié le

Un jeune garçon éprouve du mal à son coude droit.
Les articulations le plus souvent touchées sont les genoux, les chevilles, les poignets et les coudes.   Photo : iStock

Votre enfant se plaint de raideurs ou de douleurs à certaines articulations lorsqu'il se lève le matin? Vous avez noté qu'il a modifié sa façon de bouger dans certaines situations, comme lorsqu'il descend les escaliers? Il est peut-être atteint d'une des sept formes d'arthrite juvénile. Au Canada, 3 enfants sur 1000 en souffrent. Gilles Boire, rhumatologue, explique que les symptômes associés à l'arthrite juvénile se manifestent surtout le matin, et qu'ils se caractérisent notamment par un gonflement de l'articulation qui peut persister dans le temps. Il ne faut pas confondre ces symptômes avec ceux associés aux poussées de croissance, qui surviennent le soir ou la nuit.

« Lorsque ça persiste pendant plusieurs semaines, et surtout lorsqu’on a une atteinte fonctionnelle, […] ce sont toutes des choses qui peuvent être des indices qu’on est en face d’une arthrite », souligne Gilles Boire.

L’arthrite juvénile la plus fréquente est la forme oligoarticulaire, qui touche moins de quatre articulations. En général, elle affecte les enfants âgés de 1 an à 5 ou 6 ans, surtout les filles.

Fort heureusement, note le rhumatologue, cette forme d’arthrite juvénile se guérit bien. « En général, les articulations qui sont touchées sont de grosses articulations, comme un genou ou une cheville. On peut souvent traiter [cette arthrite] de façon définitive en injectant à l’intérieur de l’articulation un médicament anti-inflammatoire. Chez beaucoup de patients, tout ce qui est requis, c'est de le faire une fois, ou à la rigueur deux ou trois fois. »

Gilles Boire souligne aussi que plus de 50 % des enfants aux prises avec la forme oligoarticulaire de l’arthrite juvénile vont en guérir naturellement, sans traitement.

Chargement en cours