Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 29 janvier 2019

Benoît Huot veut l'égalité entre les Olympiques et les Paralympiques

Publié le

Benoît Huot aux Jeux paralympiques de Rio
Benoît Huot aux Jeux paralympiques de Rio   Photo : Getty Images / Friedemann Voge

« Ce qui me rend le plus fier en fin de carrière, ce ne sont pas mes médailles. C'est de voir l'évolution du mouvement paralympique », explique le nageur Benoît Huot. L'athlète de 35 ans, qui vient tout juste de prendre sa retraite du sport qu'il pratique au niveau international depuis près de 20 ans, se réjouit de la reconnaissance grandissante obtenue par les sports paralympiques au cours des dernières années.

« Le sport paralympique n’a jamais été en aussi bonne position », affirme l’homme aux 20 médailles paralympiques. Celui qui a commencé sa carrière internationale en 2000 aux Jeux de Sydney a pu voir la place grandissante qu’a su prendre le mouvement paralympique.

« Aucun Canadien n’a pu voir les performances des Jeux paralympiques à Sydney », se rappelle l’athlète. Aux Jeux de PyeongChang en 2018, le portrait était bien différent  : plus de 5000 heures de diffusion de sports paralympiques étaient accessibles pour les Canadiens, notamment par visionnement en différé.

Mettre les sports olympiques et paralympiques sur la même marche du podium

Au terme de son impressionnante carrière, Benoît Huot souhaite que le sport paralympique profite d’une plus grande notoriété.

Le rêve ultime, c’est de voir la médaille paralympique avoir la même valeur aux yeux du grand public que la médaille olympique.

Benoît Huot, ex-athlète paralympique

Cette meilleure visibilité pourrait être acquise facilement, selon lui, par la diffusion des Jeux paralympiques deux semaines avant celle des Jeux olympiques. S’il croit que cette mesure va, à coup sûr, rencontrer des résistances en raison des peurs liées aux potentielles baisses de cotes d’écoute, Benoît Huot compte tout faire dans les prochaines années pour contribuer au rayonnement du milieu dans lequel il baigne depuis plus de 20 ans.

Chargement en cours