Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 10 janvier 2019

Les préjugés envers les travailleurs âgés sont tenaces, mais il faut les briser

Publié le

Un travailleur dans une usine
Un travailleur âgé à l'œuvre dans une usine.   Photo : iStock

« Il y a des travailleurs qui veulent retourner [sur le marché du travail], mais qui se heurtent malheureusement à des préjugés, à des croyances négatives qui sont encore profondément ancrées dans les milieux de travail », déplore Marie-Michèle Lord, chargée de cours au Département d'ergothérapie de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), qui a consacré un chapitre aux préjugés envers les travailleurs âgés dans l'ouvrage Les vieillissements sous la loupe : entre mythes et réalités. Plusieurs des idées préconçues sur les retraités qui souhaitent revenir sur le marché du travail et sur les travailleurs âgés sont non fondées, souligne-t-elle.

« C'est vraiment faux de croire qu'un travailleur qui avance en âge ne sera d'emblée pas en mesure d'intégrer de nouveaux apprentissages ou de faire de nouvelles tâches », dit-elle.

Selon elle, l’idée selon laquelle un travailleur est moins efficace lorsqu’il vieillit doit être balayée du revers de la main. « Le vieillissement, ce n’est vraiment pas un phénomène uniforme et homogène. Ça va se manifester différemment d’un travailleur à un autre. Mais quand on regarde le vieillissement normal, il n’y a pas beaucoup de choses qui indiquent que ça va mener d’emblée à une diminution des performances au niveau du travail. »

Par exemple, il est faux de penser que les travailleurs vieillissants sont réfractaires aux nouvelles technologies. S’ils ont parfois de la difficulté à s’adapter au changement technologique, c’est bien souvent parce que leur employeur, par préjugés, ne leur offre aucune formation adéquate pour s’y adapter.

Les travailleurs vieillissants ont de moins en moins accès à de la formation continue ou spécifique sur de nouvelles méthodes de travail ou de nouvelles technologies, [...] ce qui fait en sorte qu’ils ont de la difficulté à s’y adapter.

Marie-Michèle Lord, chargée de cours au Département d'ergothérapie de l'UQTR

La bonne nouvelle, note Marie-Michèle Lord, c’est que la perception des employeurs à l’égard des travailleurs vieillissants – c’est-à-dire ceux qui ont 55 ans et plus – commence à changer. Ils s'aperçoivent de plus en plus que ces travailleurs sont la solution à la pénurie de main-d'œuvre observée au pays.

« Il y a quand même une lumière au bout du tunnel. [...] De plus en plus d’employeurs réalisent qu’il y a une difficulté à aller chercher une main-d'œuvre qualifiée dans plusieurs secteurs d’activités, et donc ils sont de plus en plus ouverts [à l’idée de] réintégrer des travailleurs qui sont plus âgés et qui ont un bagage expérientiel très intéressant. »

Chargement en cours