Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 13 décembre 2018

Des initiatives pour faire des jeunes de meilleurs citoyens numériques

Publié le

La page d'accueil du site Vers une identité positive à l’ère numérique
La page d'accueil du site Vers une identité positive à l’ère numérique créé par la Commission scolaire de Laval.   Photo : identitenumerique.org

Fausses nouvelles, désinformation, hypercontrefaçon audio et vidéo : séparer le vrai du faux sur les réseaux sociaux est de plus en plus compliqué pour le commun des mortels, encore plus pour les élèves du primaire et du secondaire, de plus en plus exposés à l'univers numérique. Heureusement, des initiatives sont mises sur pied afin d'aiguiser leur vigilance. L'une d'entre elles, baptisée Vers une identité positive à l'ère numérique, a récemment été lancée par la Commission scolaire de Laval (CSL). Le journaliste Philippe Marois s'y est intéressé.

Vers une identité positive à l’ère numérique est un outil mis à la disposition des enseignants de la CSL et dont le but est de sensibiliser les élèves à une utilisation éthique des réseaux sociaux.

Destiné aux élèves de 3e cycle du primaire et de tous les cycles du secondaire, ce site web propose des capsules vidéo, des activités et des sujets de discussion à travers lesquels les enseignants peuvent pousser plus loin la réflexion de leurs élèves à propos de ce qu’ils peuvent lire, entendre, voir ou écrire sur le web.

Mélissa Ouellet Gendron, professeure de français à l’École secondaire Saint-Martin, utilise ce site web depuis quelques semaines en classe. Elle pense qu’il s’agit d’un outil indispensable pour que les jeunes développent un esprit critique par rapport à l’univers numérique.

Je pense qu’on tient pour acquis que, parce que les jeunes sont nés quasiment avec des tablettes entre les mains, […] ils savent les utiliser et sont conscients de plein de choses, mais non : il y a un apprentissage qui doit être fait. […] Ce n’est pas inné.

Mélissa Ouellet-Gendron, professeure de français à l’école secondaire Saint-Martin

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) a pour sa part lancé en début d’année le programme 30 secondes avant d’y croire, qui vise à sensibiliser les élèves du 2e cycle du secondaire au phénomène des fausses nouvelles.

Ève Beaudin, journaliste pour l’Agence Science-Presse et membre de la FPJQ, a participé à l’élaboration de ce programme. Elle estime qu’il répond à un réel besoin dans les écoles du Québec.

Je pense qu’il y a une lacune de l’enseignement par rapport à l’éducation aux médias. […] Ce n’est pas vrai qu’on est tous outillés de la même façon [en ce qui a trait à] l’information qui circule.

Ève Beaudin, journaliste pour l’Agence Science-Presse

Chargement en cours