Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 6 décembre 2018

Oui, les jeunes itinérants prennent soin de leur chien ou de leur chat

Publié le

Un jeune itinérant dors sur le trottoir avec son chien.
L'idée selon laquelle les jeunes sans-abri ne prennent pas soin de leur chien est un mythe.   Photo : iStock

« Je me fais souvent dire : "Les jeunes sans-abri ne devraient pas avoir d'animaux, parce qu'ils sont maltraités." Je l'avoue très humblement, il y a cinq ans, c'est effectivement ce que je pensais, et finalement, il y a quelqu'un qui m'a convaincu du contraire », dit le vétérinaire Jean Gauvin. Celui-ci parle de Michelle Lem, une chercheuse canadienne qui a démontré, dans une étude, que les jeunes itinérants prennent vraiment soin de leur chien ou de leur chat, souvent plus que de leur propre personne. Ces animaux font aussi aux jeunes de la rue un très grand bien.

Jean Gauvin explique que, selon les travaux de Michelle Lem, du Collège vétérinaire de l'Ontario à l'Université de Guelph, l’idée, très répandue, qui veut que les jeunes sans-abri nourrissent mal leur chien ou leur chat et ne s’occupent pas de leur bête n’est pas vraie du tout.

La fondatrice et directrice de Community Veterinary Outreach, un groupe de bénévoles qui offrent des services vétérinaires aux sans-abri dans des villes comme Toronto, Guelph et Ottawa, a effectué avec son équipe des tests d’indice de masse corporelle sur plus de 500 chiens qui sont venus visiter sa clinique d’Ottawa. La grande majorité des bêtes avaient un poids excellent, ce qui démontre qu’elles étaient bien alimentées.

Des animaux qui font du bien

Les résultats de cette étude corroborent aussi les résultats d’études antérieures qui ont démontré les bienfaits que les animaux de compagnie apportent aux jeunes itinérants. Jean Gauvin souligne que les chiens et chats permettent aux jeunes de la rue d’en apprendre davantage sur l'amour inconditionnel, la confiance et la stabilité dans une relation.

Les animaux donnent aux jeunes itinérants une raison de vivre. [...] Ça aide les jeunes à faire face à la solitude et à la dépression.

Jean Gauvin, vétérinaire

Toujours selon cette étude, les jeunes sans-abri qui possèdent un animal de compagnie ont tendance à moins consommer d’alcool et de drogues fortes que ceux qui n’en ont pas, car ils ne veulent pas perdre leur animal. « Ça les responsabilise beaucoup. Ils ne veulent pas être arrêtés ou incarcérés, car lorsque c’est le cas, ils perdent automatiquement leur animal, qui se retrouve dans un refuge. »

Selon l’étude de Michelle Lem, les animaux de compagnie jouent, à un certain niveau, un rôle protecteur contre les deux principales causes de décès chez les jeunes de la rue au Canada : le suicide et l’intoxication aux drogues fortes.

Jean Gauvin croit que les résultats de cette étude devraient interpeller les refuges pour les jeunes de la rue qui n’acceptent pas les animaux de compagnie.

Chargement en cours