Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 4 décembre 2018

Industrie alimentaire et design : le brio de la jeune génération de producteurs

Publié le

Des produits de La pincée
Des produits faits par l'entreprise La pincée.   Photo : Facebook / La pincée

« Le design s'améliore dans les produits alimentaires au Québec. [...] On commence à comprendre dans l'industrie que c'est très important », note Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal. À ce chapitre, il souligne le brio de la nouvelle génération de producteurs. « Ils se rendent compte que le produit alimentaire, on ne l'évalue pas seulement une fois qu'on l'a dans la bouche, mais que c'est l'ensemble de l'expérience qui est importante, et c'est ce qui fait que leur produit se démarque bien sur les tablettes. »

Selon Sylvain Allard, qui a récemment présidé le jury des prix Gaïa, qui récompensent les efforts mis à produire des emballages qui servent autant le produit que le consommateur, les nouveaux acteurs de l’industrie saisissent de plus en plus l’importance de s’attarder au design et à l’emballage. « C’est un des endroits où l'on doit investir, parce qu’on doit tout de suite séduire par notre produit. »

Les petits producteurs, souvent, vont mettre une grosse partie de leur budget dans l’emballage, dans la qualité de leur marque, leur design, leur logo, pour faire en sorte que leur produit ressortira bien par rapport à la concurrence.

Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal

Sylvain Allard donne l’exemple de l’entreprise La pincée, spécialisée dans le mélange d’épices. Les deux propriétaires, Catherine de Gongre, conceptrice et cuisinière, et François Maisonneuve, directeur artistique et photographe, mettent un soin particulier à bien présenter leurs produits.

« Ils sont rendus avec un grand nombre de produits, avec une belle palette de couleurs. On se retrouve devant leurs produits et on a le goût de les posséder. L’expérience commence là. On regarde l’emballage et […] ma foi, on sent qu’il y a cette espèce d’amour de l’ensemble », note Sylvain Allard.

Celui-ci ne tarit pas d’éloges à l’endroit de certains nouveaux venus dans l’industrie, qui se consacrent à 100 % à leur produit.

Ils sont là avant tout pour des raisons de passion, d’enthousiasme et d’amour pour leur produit. […] On sent vraiment que c’est une autre attitude par rapport à la production alimentaire telle qu’on la perçoit, c’est-à-dire [celle qui a pour but de] faire de l’argent et faire une marge de profit la plus élevée possible. Eux ne sont pas du tout dans cette logique-là.

Sylvain Allard, professeur à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal

Chargement en cours