Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du mardi 11 octobre 2016

Santé : les psychologues s'intéressent aux bienfaits de la lecture

Publié le

Marianne Desautels-Marissal
Marianne Desautels-Marissal   Photo : Radio-Canada / Stéphanie Dufresne

Passer trois heures et demie par semaine la tête dans un livre pourrait vous permettre de vivre plus longtemps, selon une étude récente. La biochimiste Marianne Desautels-Marissal explique que les livres peuvent « préserver les processus cognitifs qui améliorent les chances de survie », comme l'empathie et la perception sociale. 

Par association, on peut s’attendre à ce que la lecture aide à diminuer les risques de souffrir de certaines maladies, comme l’alzheimer ou les démences. Un lien direct de cause à effet n’a toutefois pas encore été démontré.

La spécialiste explique que, selon l’étude publiée dans la revue scientifique Social Science & Medicine, lire 30 minutes par jour réduirait de 17 % le risque de mourir dans les 12 années suivantes. L’effet est plus prononcé chez ceux qui lisent de la fiction, par opposition aux lecteurs de non-fiction, de périodiques et de quotidiens.

Selon une autre étude, la fiction permettrait d'entrer dans la peau du personnage, contrairement aux textes de magazines et de journaux, qui présentent des drames envers lesquels le lecteur se sent impuissant. 

Chargement en cours