Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 6 octobre 2016

La pêche durable, la bonne façon de choisir votre poisson

Publié le

Le nutritionniste au micro de l'émission Les éclaireurs
Le nutritionniste Bernard Lavallée   Photo : Radio-Canada / Amarilys Proulx

La prochaine fois que vous allez chez le poissonnier, évitez le thon et le saumon au profit d'autres espèces et utilisez des applications mobiles pour vous aider dans votre choix, suggère Bernard Lavallée. Voilà deux des façons que le nutritionniste présente afin d'avoir une influence sur la santé de notre faune marine et sur les ressources que nous léguerons aux générations futures.

En direct de Caraquet, le chroniqueur a suggéré plus précisément quelques outils et trucs :

  • Le « Menu bleu marin », une initiative de l’Aquarium de Québec
  • Le « Guide des conserves de thon », une application créée par Greenpeace Canada (pour iOS et Android)
  • Le site web et l’application mobile du Seafood Watch, un organisme qui étudie l’état de différentes espèces de poisson à travers le monde
  • La certification MSC et le logo Biologique Canada qui se trouve sur certains emballages de poisson

De plus, il ne faut pas avoir peur d’essayer de nouvelles sortes de poisson moins connues! Lavallée rappelle que le moratoire sur la pêche de la morue dans l’est du Canada, qui a été imposé en 1992 et ne devait durer que deux ans, est encore en vigueur aujourd’hui. Lorsqu’une espèce est mise à mal, il lui faut plusieurs décennies avant d’atteindre de nouveau un niveau acceptable.

À ce sujet, le nutritionniste indique que, selon l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, 58 % des stocks mondiaux de poissons sont exploités à plein rendement et que 31 % sont surexploités, des chiffres inquiétants.

Chargement en cours