Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 1 octobre 2018

L’entrepreneuriat et le goût du risque, motivés par un parasite propagé par les chats?

Publié le

Un chat se fait caresser.
Un chat se fait caresser par son maître.   Photo : iStock

Les personnes infectées par le toxoplasma gondii, un parasite principalement transmis par les chats, seraient plus courageuses en affaires, auraient plus de facilité à vaincre la peur de l'échec et seraient plus susceptibles de créer leur propre entreprise. Voilà la surprenante conclusion d'une étude menée par des chercheurs de l'Université du Colorado, dont les résultats ont été publiés en juillet dans la publication scientifique Proceedings of the Royal Society B. « Les séropositifs [infectés par le] toxoplasma gondii sont moins peureux en affaires », résume le vétérinaire Jean Gauvin.

Rappelons que le toxoplasma gondii s’attrape lorsqu’une personne entre en contact avec les excréments d’un chat, principalement en nettoyant sa litière. Au moins 2 milliards d’êtres humains sont porteurs de ce parasite, ce qui en fait l'un des plus répandus au monde. En général, les personnes en bonne santé ignorent qu’elles sont infectées.

Pour arriver à leur conclusion, les chercheurs ont analysé la salive de près de 1300 étudiants américains. Ils ont découvert que les porteurs de ce parasite étaient plus susceptibles que les non-porteurs de se spécialiser dans le domaine des affaires et de poursuivre des activités entrepreneuriales ou de gestion d’entreprise.

Par opposition aux étudiants qui n’étaient pas infectés par le toxoplasma gondii, ceux qui étaient testés positifs étaient :

  • 1,4 fois plus susceptibles d’obtenir un diplôme lié aux affaires;
  • 1,8 fois plus susceptibles de créer leur propre entreprise.

Selon les chercheurs, le toxoplasma gondii, qui est d’ores et déjà suspecté de jouer un rôle dans certains changements de comportement, et même dans des problèmes neurologiques, désactiverait la peur de l’échec dans le cerveau de l’être humain.

Cet état d'esprit intrépide serait donc bénéfique pour les entrepreneurs et les encouragerait à ne pas se dérober face à des situations à haut risque ou qui rapportent gros.

Chargement en cours