Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 27 septembre 2018

Sécurité routière : les piétons zombies, cellulaire en main, ne sont pas un si grand fléau

Publié le

Un piéton texte quelqu'un pendant qu'il traverse la rue.
Un piéton utilise son téléphone cellulaire en marchant dans la rue.   Photo : iStock

« Je pense que le phénomène des piétons zombies, c'est un faux problème. [...] Ce n'est peut-être pas si inquiétant que ça », dit Marie-Soleil Cloutier, professeure à l'Institut national de recherche scientifique (INRS), au sujet des piétons qui textent en marchant ou en traversant la rue. « Des fois, je vois des grands titres qui portent à croire que c'est la faute des piétons tout le temps. [...] Il faut que les piétons respectent les règles, qu'ils soient prudents, en particulier aux traversées, mais on n'a pas de données qui nous permettent de conclure que c'est réellement un problème de santé publique. »

Selon Marie-Soleil Cloutier, il existe un décalage entre la réalité, c’est-à-dire les statistiques – qui sont d’ailleurs peu nombreuses au Canada, fait-elle remarquer – à propos des accidents ou collisions impliquant des piétons zombies, et le message qui est véhiculé dans les médias au sujet des gens qui textent en marchant.

La professeure à l’INRS souligne que depuis 2004 aux États-Unis, seulement 4 % des piétons qui sont blessés dans des accidents de la route ou des collisions avaient un cellulaire à la main.

Quand on regarde les comportements aux traversées, 87 % des piétons traversaient correctement sans être inattentifs. Donc, ça fait beaucoup de piétons qui traversent comme il le faut, mais ce n’est pas ça qu’on entend aux nouvelles, évidemment.

Marie-Soleil Cloutier, professeure à l'INRS

Selon Marie-Soleil Cloutier, il faudrait davantage s’inquiéter du comportement des automobilistes qui textent au volant.

À ce sujet, elle cite les résultats d’un récent sondage mené par Desjardins Assurances à l'occasion d’un événement sur la distraction au volant, où 79 % des répondants ont dit voir régulièrement d’autres conducteurs utiliser leur cellulaire au volant, alors que seulement 38 % de ces mêmes répondants ont admis avoir déjà conduit tout en étant distraits au moins une fois.

Chargement en cours