Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 18 septembre 2018

Cancer de la prostate : un bémol quant au test de dépistage systématique

Publié le

La prostate d'un homme
Il faut être prudent dans l'interprétation des tests de dépistage du cancer de la prostate, dit l'uro-oncologue Paul Perrotte.   Photo : iStock

Le dépistage du cancer de la prostate par un dosage de l'antigène prostatique spécifique (APS) ne devrait pas être offert systématiquement aux hommes de 40 ans et plus, dit Paul Perrotte, uro-oncologue au Centre hospitalier de l'Université de Montréal. Le fait de mesurer le taux d'APS dans le sang n'est pas efficace à 100 %, car cela produit souvent de faux positifs qui mènent à des traitements non nécessaires. « Si on faisait des biopsies de la prostate à tous les hommes de 70 ans et plus, on pourrait trouver [dans] presque deux tiers des cas des cellules cancéreuses. Or, ces patients-là n'ont pas un cancer cliniquement actif. »

« Il y a une partie des cancers qu’on détecte qui sont des cancers indolents, qui n’auraient jamais dû être détectés », souligne l’uro-oncologue. La grande majorité des cancers de la prostate ont une évolution très lente, et la majorité des patients atteints de ce cancer n'en mourront pas, ajoute-t-il.

Paul Perrotte explique que les dépistages du cancer de la prostate peuvent entraîner des surdiagnostics chez les hommes qui ne présentent aucun symptôme. Il fait aussi remarquer qu’une augmentation du taux d’APS dans le sang peut être attribuable à toutes sortes de conditions médicales bénignes autres que le cancer de la prostate.

À l’instar de nombreuses associations d’urologie, Paul Perrotte recommande plutôt la détection précoce du cancer de la prostate pour les hommes de 40 ans et plus qui présentent un facteur de risque, c’est-à-dire les patients afro-américains et les hommes qui ont des antécédents familiaux de cancer de la prostate.

Il suggère donc aux médecins de famille de discuter avec leurs patients à risque et, le cas échéant, de leur proposer un examen clinique et un test de dépistage.

Chargement en cours