Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 12 septembre 2018

Un léchage ou une morsure de chien peut, dans de rares cas, vous coûter une amputation

Publié le

Un chiot lèche le visage de sa propriétaire.
Il faut éviter de se faire lécher le visage par son chien, dit le vétérinaire Jean Gauvin.   Photo : iStock

« C'est une infection qui est quand même très rare, mais quand elle survient, il peut y avoir des conséquences graves », dit le vétérinaire Jean Gauvin au sujet de la Capnocytophaga canimorsus, une bactérie présente dans la salive de la majorité des chiens, et qui peut se transmettre à l'être humain par léchage ou par morsure. Au cours des derniers mois et des dernières années, des propriétaires ont dû se faire amputer des membres après avoir contracté la bactérie, alors que d'autres en sont morts.

Un des cas les plus récents a été observé au Wisconsin, aux États-Unis. Après avoir été léché par son chien, un quadragénaire a dû être amputé des deux jambes et des deux mains, parce qu’il avait contracté la bactérie et développé une fulgurante septicémie, c’est-à-dire un empoisonnement du sang qui peut causer la gangrène.

Un autre cas est survenu en Ontario en 2013. Une propriétaire a dû être amputée d'un bras et des deux jambes après avoir subi un violent choc septique à la suite de l’infection.

Cette bactérie peut pénétrer dans l’organisme à la suite d’une morsure, qu’elle soit accidentelle ou non, ou du léchage d’une lésion cutanée ou d’une muqueuse du visage (nez, bouche, œil).

L’apparition des symptômes survient de deux à cinq jours après le léchage ou la morsure. Les signes peuvent aller d’un syndrome grippal léger à de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des difficultés respiratoires, des douleurs abdominales et des éruptions cutanées.

La condition de la personne infectée peut se détériorer très vite. En quelques heures, elle peut développer une septicémie, qui entraîne souvent des lésions cutanées graves ou même la gangrène, attribuable à la production de caillots sanguins dans les petits vaisseaux sanguins des extrémités du corps humain.

Il y a eu 200 cas d’infections à la bactérie Capnocytophaga canimorsus rapportés depuis 1976 au Canada et aux États-Unis. Environ 30 % des patients meurent après avoir été infectés.

Personnes à risque
Certaines personnes sont plus à risque de contracter cette bactérie, explique Jean Gauvin. C’est le cas des personnes immunodéprimées affaiblies par le VIH, les diabétiques, les jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes, les personnes sans rate fonctionnelle et les alcooliques.

Pour éviter de contracter cette bactérie, Jean Gauvin y va de quelques conseils :

  • Évitez de vous faire mordre ou égratigner par votre animal de compagnie;
  • Ne vous faites pas lécher le visage ou une plaie cutanée par votre chien;
  • Surveillez votre chien en présence d’enfants pour éviter les morsures et le léchage;
  • Si une morsure sévère ou une égratignure grave survient, consultez un médecin rapidement;
  • Si la blessure est légère, lavez la plaie avec un savon et de l’eau tiède pendant au moins trois minutes.

Chargement en cours