Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 10 septembre 2018

Les bacs de plastique à l’aéroport, grands incubateurs de bactéries

Publié le

Un homme dépose ses souliers dans un plateau de plastique au contrôle de sécurité d'un aéroport.
Les plateaux de plastique au contrôle de sécurité des aéroports sont des endroits de prédilection pour la prolifération des bactéries.   Photo : iStock

Les plateaux de plastique que l'on utilise aux contrôles de sécurité dans les aéroports contiennent plus de bactéries que tous les autres objets ou endroits situés dans les bâtiments consacrés au trafic aérien. Voilà ce qui ressort d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Université de Nottingham, et dont les résultats ont été publiés dans la revue BMC Infectious Diseases. Patrick Masbourian s'intéresse à cette étude menée en Finlande en 2016 pendant la saison hivernale.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont analysé différentes surfaces à l’aéroport Helsinki-Vantaa. Ils ont découvert que ce ne sont pas les toilettes publiques, les comptoirs d’embarquement ou encore les comptoirs de restauration qui abritent la plus grande concentration de bactéries, mais bel et bien les bacs de plastique dans lesquels les voyageurs déposent leurs effets personnels au contrôle de sécurité.

Des souches du virus causant la grippe ou le rhume ont été trouvées sur la moitié des plateaux de plastique testés.

Au total, des bactéries et des microbes ont été détectés sur 10 % de toutes les surfaces testées, dont des terminaux de paiement électronique et des rampes d’escalier.

Selon les chercheurs, les résultats de cette étude démontrent l’importance de se laver les mains régulièrement à l’aéroport afin d’éviter la propagation et la transmission de maladies infectieuses.

Chargement en cours