Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du jeudi 6 septembre 2018

Une plongée dans l'univers du sport électronique

Publié le

Le joueur coréen de League of Legends Faker, derrière son clavier d'ordinateur, attend le début d'un match de saison de la Ligue coréenne.
Le Coréen Faker, considéré comme le meilleur joueur de League of Legends au monde   Photo : Radio-Canada / Mathieu Waddell

« Les athlètes du sport électronique se considèrent comme des athlètes de haut niveau, littéralement. » N'en déplaise au chroniqueur Stéphane Garneau, le sport électronique est un phénomène dont la popularité est croissante, rapporte l'athlète paralympique Benoît Huot. D'ici 2021, ce sport associé aux jeux vidéo devrait représenter un marché de 1,7 milliard de dollars américains.

Le domaine du sport électronique connaît une très grande croissance depuis quelques années. Les 16 000 joueurs professionnels s’affrontent dans des tournois suivis par des millions de partisans et se sont partagé 110 millions de dollars en bourses en 2017.

Vancouver a présenté un très gros tournoi à la fin août et Montréal tient ce week-end le plus grand festival canadien pour les amateurs de sport électronique.

Pour les néophytes, l’idée de jouer à des jeux vidéo ne relève pas du sport. « La question est : "Est-ce qu’on considère les bons joueurs comme des athlètes?" Ça prend de la dextérité. Pour jouer à StarCraft, il y a environ 15 pitons sur la [console] PS4 et 11 boutons sur la [console] Xbox. Ça prend un certain talent », dit Benoît Huot.

Il explique que la grande popularité du sport électronique et l’intérêt que celui-ci suscite chez les annonceurs risquent de faire en sorte que ce sport se trouve aux Olympiques un jour. La partie n’est pas gagnée, en raison notamment de la grande place occupée par la violence dans les jeux vidéo, ce qui va à l’encontre des valeurs du mouvement olympique.

Chargement en cours