Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du mercredi 8 août 2018

Comment le corps réagit en situation de restriction alimentaire

Publié le

Une jeune femme mécontente est assise devant une assiette vide et tient des ustensiles dans ses mains.
Une femme commence une diète.   Photo : iStock

Le gastroentérologue Michaël Bensoussan décrit les effets que les diètes et les restrictions alimentaires ont sur le corps et quelles sont les règles à respecter dans ces démarches. Il analyse également le régime draconien auquel se sont soumis Samuel Lalande-Markon et David Désilets, de l'Expédition Transtaïga, durant leur parcours de 2500 km en direction du Grand Nord québécois : « À bien des égards, ils sont allés loin et ils ont été un petit peu en danger. »

En moyenne, l’organisme peut survivre 3 minutes sans oxygène, 3 jours sans eau et 30 jours sans manger, rappelle Michaël Bensoussan.

Lorsqu’une personne entame une diète, le corps puise immédiatement dans ses réserves d’eau et de sels minéraux; la perte de poids est donc importante au début du processus.

Il faut absolument, dans tout jeûne et dans toute diète, penser à s’hydrater parce qu’on perd globalement deux litres d’eau par jour. […] Si on ne les compense pas, on perd deux kilos par jour, qu’on reprendrait facilement en s’hydratant.

Le gastroentérologue Michaël Bensoussan

Après 48 ou 72 heures, l’organisme puise dans ses réserves de graisse, y compris dans la masse musculaire.

Les signes cliniques à surveiller

Lorsque commencent la dénutrition et la fin des stocks, l’organisme se met à économiser. « On perd ses capacités de concentration, on perd un peu ses capacités physiques », explique Michaël Bensoussan. Le corps subit, en plus, une baisse de la tension artérielle, de la fréquence cardiaque et de la fréquence respiratoire.

Tout le métabolisme va diminuer.

Le gastroentérologue Michaël Bensoussan

Des signes d’alerte apparaissent : maux de tête, champ visuel légèrement flou, bourdonnements à l’oreille, vertiges, tremblements. « Quand ces signes apparaissent, l’organisme est probablement en souffrance. »

Dans tous les cas, la mort surviendra par déshydratation, mais après plusieurs semaines, lorsque le corps puisera dans ses protéines.

Enfin, Michaël Bensoussan rappelle qu’une bonne diète à long terme est « toujours raisonnable et équilibrée », et pas trop stricte.

Chargement en cours