•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les suppléments alimentaires pour enfants, pas si utiles que ça

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Les suppléments alimentaires pour enfants, pas si utiles que ça

Audio fil du mardi 7 août 2018
Une main tient une pilule blanche devant la bouche ouverte d'une jeune fille.

Un enfant se fait offrir une pilule.

Photo : iStock / photodeti

Certaines épiceries possèdent maintenant des sections consacrées aux multivitamines et omégas-3 pour enfants. Pour développer ce nouveau marché, l'industrie des produits de santé naturels a adapté le marketing de quelques suppléments alimentaires en y ajoutant une touche plus ludique, soit des personnages sur l'emballage ou des couleurs et des formes variées. Est-ce utile de faire consommer ces produits à nos enfants? Le nutritionniste Bernard Lavallée en doute, sauf pour la vitamine D, qui sert à pallier un manque de soleil.

En 2015, Santé Canada a estimé que 45 % des enfants âgés de 1 et 8 ans consommaient des suppléments alimentaires, comme des multivitamines ou des omégas-3. Chez les jeunes de 9 à 13 ans, le taux passait à 37 %. Au Québec, c’est 1 enfant sur 5 (22 %) qui consommait ce type de produits. Ce phénomène touche plus particulièrement les familles scolarisées.

Pourtant, ces suppléments sont inutiles dans la majorité des cas, explique le nutritionniste et auteur.

De façon générale, non, on n'a pas besoin de prendre des suppléments alimentaires.

Bernard Lavallée, nutritionniste

Dans un monde idéal, on devrait maximiser l’apport de vitamines en adoptant une alimentation équilibrée, soit la meilleure source de nutriments, insiste Bernard Lavallée.

Si notre enfant mange à sa faim, précise-t-il, qu'il a une alimentation variée et qu'il grandit normalement, il n'a probablement pas besoin de suppléments alimentaires.

Les risques de surdose [de vitamines] sont plus élevés avec les suppléments.

Bernard Lavallée, nutritionniste

Par contre, pour pallier le manque d’exposition au soleil, il croit qu'on devrait faire une exception pour la consommation de vitamine D, souvent nécessaire, même pour un enfant en bonne santé. Les enfants végétaliens devraient aussi consommer de la vitamine B12.

Les suppléments doivent surtout servir aux personnes qui ont une alimentation non variée ou encore des troubles alimentaires. Ces problèmes peuvent être causés, par exemple, par des allergies alimentaires ou des maladies chroniques.

Dans tous les cas, Bernard Lavallée recommande de toujours consulter un médecin de famille, un pédiatre ou un nutritionniste avant de commencer à donner des suppléments à un enfant.

Référence :

« Prevalence of Dietary Supplement Use in US Children and Adolescents (Nouvelle fenêtre) », Dima M. Qato, G. Caleb Alexander, Jenny S. Guadamuz et coll., 2003-2014, JAMA Pediatrics, juin 2018

En complément :

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Vous aimerez aussi