•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les <strong>«&nbsp;</strong>Compostelle<strong>&nbsp;»</strong> québécois&nbsp;n’ont rien à envier à l’original!

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Les « Compostelle » québécois n’ont rien à envier à l’original!

Audio fil du samedi 23 juillet 2016
Un Compostelle québécois voit le jour dans l'Est du Québec : le Chemin de Saint-Rémi.

Un Compostelle québécois voit le jour dans l'Est du Québec : le Chemin de Saint-Rémi.

Photo : ICI Radio-Canada

Chaque année, des pèlerins empruntent le chemin de Saint-Rémi, en Estrie, ou le sentier Notre-Dame Kapatakan, au Lac-Saint-Jean, marchant des jours et des nuits dans des sentiers arborant des paysages majestueux. Plus besoin d'aller marcher en Espagne et en France sur le chemin de Compostelle pour vivre cette expérience de contemplation et de ressourcement, raconte Marie-Julie Gagnon.

Le chemin de Saint-Rémi
Ce parcours rural traverse 54 municipalités du Québec. On peut parcourir ses 820 kilomètres en 43 jours, de Saint-Adrien-de-Ham en Estrie à Sainte-Florence dans la vallée de la Matapédia. Il sillonne la chaîne de montagnes des Appalaches, passe par des rangs de campagne, des sentiers en forêt et sur un minimum de routes en bitume. Toutes les informations se trouvent ici (Nouvelle fenêtre).

Le sentier Notre-Dame Kapatakan
On surnomme ce sentier « le petit Compostelle du Saguenay-Lac-Saint-Jean ». Le départ se fait à la statue Notre-Dame-du-Saguenay, à Rivière-Éternité, et l'arrivée au sanctuaire Notre-Dame-de-Lourdes de l’Ermitage Saint-Antoine, à Lac-Bouchette. On parcourt ainsi 215 kilomètres pendant 10 à 15 jours. Le sentier offre de magnifiques points de vue sur le fjord du Saguenay et la découverte de différents lieux liés à la spiritualité. Les détails sur le site officiel. (Nouvelle fenêtre)

Marie-Julie GagnonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Julie Gagnon

Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

Le chemin des Navigateurs
Pour ceux qui veulent marcher sur le bord de la mer, le chemin des Navigateurs permet de parcourir 400 kilomètres en 21 jours, de Pointe-au-Père (dans le Bas-Saint-Laurent) jusqu'à la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré. Les pèlerins traversent de nombreuses villes et villages du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches, longeant le fleuve de Pointe-au-Père jusqu'à Québec. Cliquez ici pour plus d'informations. (Nouvelle fenêtre)

Le chemin des Sanctuaires
Pour ceux qui veulent partir de Montréal, ce sentier invite à parcourir 375 kilomètres en 18 jours, à partir de l'oratoire Saint-Joseph jusqu'à la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré. Le sentier emprunte des routes rurales, mais parcourt aussi des centres urbains. Tous les détails sur le site officiel. (Nouvelle fenêtre)

Un livre à lire sur le sujet :
Sur les chemins spirituels et religieux du Québec, éditions Ulysse (avec le soutien des sanctuaires nationaux du Québec)

La couverture du livre <em>Sur les chemins spirituels du Québec</em>, paru aux éditions UlysseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La couverture du livre Sur les chemins spirituels du Québec, paru aux éditions Ulysse

Photo : Radio-Canada / Philippe Couture

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin