Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Gilles Payer
Audio fil du mardi 29 mai 2018

Sexualité : des trucs pour répondre aux questions parfois embarrassantes de son enfant

Publié le

Un enfant penche sa tête sur le ventre de sa mère, qui est enceinte.
« Maman, comment on fait les bébés? » Cette question taraude beaucoup d'enfants.   Photo : iStock / NataliaDeriabina

« C'est quoi une fellation? » « Comment on fait les bébés? » « Qu'est-ce que vous êtes en train de faire dans le lit? » Pour certains parents, la curiosité de leur enfant à l'égard de la sexualité peut amener son lot de situations délicates. Plutôt que de faire l'autruche, il est important que les parents répondent aux questions de leur progéniture, en respectant bien entendu les limites de chacun, explique la sexologue Geneviève Labelle.

Il est impératif pour les parents d’avoir ces discussions avec leur enfant, car celui-ci aura, tôt ou tard, des questionnements par rapport à différents aspects de la sexualité.

« C’est un sujet incontournable, parce que nos enfants vont être inévitablement exposés [à la sexualité] : aux commentaires dans la cour d’école, aux publicités, aux téléromans, sans parler d’Internet », explique Geneviève Labelle.

Selon la sexologue, il est sain pour un parent de parler de sexualité avec son enfant : « On veut lui donner des informations justes. On veut faire contrepoids aux messages ambiants, à ce qu’on entend et sous-entend sur la sexualité. [...] On veut développer son esprit critique. »

La façon de répondre
Geneviève Labelle précise que s’il est important de satisfaire la curiosité de son enfant, la façon d’aborder certains sujets, selon son âge, l’est tout autant.

S’il pose la question, c’est qu’il a besoin d’une réponse, mais adaptée à son âge. Donc, on va commencer à en dire un tout petit peu et après, on va ajuster l'information.

Geneviève Labelle, sexologue

Pour les parents, l’essentiel est de vérifier les connaissances de leur enfant sur le sujet et de stimuler sa réflexion. Par exemple, s'il vous demande si vous avez déjà fait une fellation, la réponse appropriée serait de lui demander pour quelle raison il veut savoir cela, ce qu’il en pense, de l’informer sur le sujet, et non pas de lui répondre simplement par l’affirmative ou la négative.

« Il ne faut pas passer à côté du véritable questionnement de votre enfant », dit la sexologue.

Certes, les parents peuvent parler de leur vécu sexuel avec leur enfant, mais il est important pour eux de ne pas en dire trop. « On va parler de ce qu’on pense, de ce qu’on sent, de ce qu’on a vécu en gros, mais jamais dans les détails, d’abord pour une question de frontières : on veut que nos enfants apprennent qu’il y a des frontières concernant la sexualité. »

Chargement en cours