Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Gilles Payer
Audio fil du lundi 28 mai 2018

Enfance et apprentissage de la sexualité : à chaque parent de fixer sa zone de confort

Publié le

Un bébé couché par terre.
L'exploration sexuelle chez le bébé commence très tôt.   Photo : iStock

L'éducation parentale à la sexualité est un processus continu qui consiste à accompagner l'enfant à chaque étape de son développement. Il est primordial pour les parents de se questionner par rapport à cet apprentissage, explique la sexologue Geneviève Labelle, et d'accueillir les manifestations de la sexualité de leur enfant selon leur propre zone de confort. « Chaque parent va placer la limite à un endroit avec lequel il est confortable », dit-elle.

Par exemple, pendant la période s’échelonnant de 0 à 15 mois, un bébé aura tendance à toucher ses organes génitaux lorsqu’on le change de couche. Si certains parents sont à l’aise avec ce comportement, d’autres sont un peu plus rébarbatifs. L’essentiel, selon Geneviève Labelle, est de ne pas réagir de façon catastrophée par rapport à ce comportement en induisant le message qu’il s’agit d’un geste déplacé ou de quelque chose de mal.

L’important, c’est de ne pas s’inquiéter et de ne pas laisser grandir une vision négative de la sexualité. […] Ce n’est peut-être pas le bon message.

Geneviève Labelle, sexologue

Les parents doivent aussi comprendre que leur bébé, dans les premiers mois de sa vie, n’a pas intégré le concept de sexualité comme les adultes. « Il n’a pas les images que nous avons dans la tête quand on parle de sexualité. Il n’y a rien qui est tabou pour le bébé. Il n’a pas le même regard que notre regard d’adulte. Et ça, ça va être important pour tout le développement de l’enfant, de se rappeler qu’il regarde ça avec ses yeux d’enfant. »

Pour la période de développement qui va de 15 mois à 2 ans et demi, Geneviève Labelle recommande aux parents d’appliquer des éléments d’éducation à la sexualité à des occasions toutes simples du quotidien. « On va prendre le temps de bien nommer les parties du corps quand on donne le bain. Ça permet, entre autres, de faire exister ces parties-là et de se donner un vocabulaire commun », explique la sexologue.

Si l’intérêt des enfants pour les organes génitaux s’accroît de 2 ans et demi à 6 ans, il ne faut pas s’en inquiéter outre mesure. « C’est un moment où il va y avoir de la masturbation, […] où les enfants vont se caresser, découvrir leur corps. Il va y avoir aussi des jeux de découvertes corporelles. C’est une étape de développement qui est normale », dit Geneviève Labelle.

À l’instar de la période qui s’échelonne de 15 mois à 2 ans et demi, celle qui s’étend de 6 à 11 ans représente un moment idéal pour saisir les occasions afin de nommer simplement les choses avec son enfant. « C’est un âge où les enfants vont apprendre les différentes fonctions de la sexualité. Ils vont apprendre que ce n’est pas juste pour faire des bébés, que ça peut aussi avoir une fonction de communication, d’affection, de plaisir, de respect. »

Chargement en cours