Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 9 avril 2018

Vieillir à la maison : le programme méconnu d’adaptation de domicile

Publié le

Les personnes handicapées peuvent profiter du programme d'adaptation de domicile.
Une personne handicapée se tient devant les escaliers.   Photo : iStock / Manuel Faba Ortega

Bien qu'il y ait des délais assez longs pour y avoir accès, le programme d'adaptation de domicile, qui vise à aider une personne handicapée ou en perte d'autonomie à adapter son chez-soi afin qu'elle puisse y accomplir ses activités quotidiennes, est tout de même accessible depuis 25 ans au Québec. Plutôt méconnu, ce programme favorise le maintien à domicile, explique l'ergothérapeute Pier-Luc Turcotte, qui travaille pour ce programme.

Pour être admissible, la personne doit d’abord rencontrer un ergothérapeute. Le délai à ce sujet est d’environ un an. Lors de cette rencontre, le professionnel de la santé évalue les besoins de la personne et rédige un rapport stipulant que celle-ci a bel et bien des difficultés de fonctionnement qui nécessitent une adaptation de domicile. Il faut, par la suite, compter environ une autre année pour avoir l’autorisation de procéder aux travaux dans sa maison ou son appartement.

Le programme d'adaptation de domicile consiste en une aide financière versée au propriétaire du domicile pour la réalisation de travaux d'adaptation essentiels, fonctionnels et économiques. L’aide financière peut atteindre 16 000 $ par personne handicapée admissible.

Si, parfois, il est impossible d’adapter le logement, il y a des cas où cela fonctionne assez bien et où l'on peut adapter la plupart des espaces, note Pier-Luc Turcotte.

L’importance de la salle de bain
Dans de nombreux cas, les demandes des propriétaires sont liées à la salle de bain, une pièce où les risques de chutes sont plus élevés, mentionne l’ergothérapeute.

Le programme d’adaptation de domicile peut permettre, entre autres, de réaménager le bain, la douche ou la toilette afin de faciliter la mobilité de la personne handicapée ou en perte d’autonomie.

Selon Statistique Canada, un aîné sur trois fera une chute au moins une fois dans sa vie. De plus, 20 % des décès par blessure chez les aînés sont attribuables à une chute.

Chargement en cours