Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Gilles Payer
Audio fil du lundi 26 mars 2018

Le clitoris, cet organe mal représenté depuis toujours dans les manuels scolaires

Publié le

Reproduction en trois dimensions du clitoris, conçue pour des classes d'anatomie humaine.
Reproduction en trois dimensions du clitoris, conçue pour des classes d'anatomie humaine.   Photo : iStock / josefkubes

« Ça fait plusieurs années qu'on sait qu'il y a une partie du clitoris qui est interne, et on ne le voit jamais dans les représentations des manuels scolaires », déplore la sexologue Geneviève Labelle. Depuis très longtemps, le clitoris, contrairement à d'autres organes, comme le cœur ou les poumons, n'est généralement pas dessiné entièrement dans les ouvrages destinés aux élèves. Heureusement, ce triste constat tend à changer.

Geneviève Labelle se félicite notamment de la parution l’automne dernier, en France, d’un nouveau manuel scolaire qui redessine l’appareil génital féminin en incorporant et en dépeignant entièrement le clitoris et la vulve. Ainsi, la partie interne du clitoris est représentée, ce qui n’est pas encore le cas dans de nombreux autres manuels scolaires.

La sexologue accueille aussi avec joie la parution récente au Québec du livre Le clitoris : la vérité mise à nue. Il s’agit d’un ouvrage qui porte sur la réalité anatomique féminine et qui ouvre les possibilités concernant le plaisir féminin.

Selon Geneviève Labelle, il est fondamental d’enseigner aux élèves la représentation réelle du corps humain. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’on constate les nombreuses lacunes de certains garçons et de certaines filles en matière de connaissances sexuelles.

Il y a une étude du Haut conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes en France, en 2016, qui dit qu’une fille sur quatre ne sait pas qu’elle a un clitoris. Donc, comment peut-on parler de plaisir aux femmes quand on ne sait même pas qu’on a un clitoris?

Geneviève Labelle, sexologue

Geneviève Labelle déplore qu’au Québec, la question de l’anatomie féminine, en particulier celle du clitoris, ne soit pas encore abordée plus spécifiquement à l’école. « Ce n’est même pas prévu de parler du clitoris. Alors, espérons que les gens qui le feront l’incluront », conclut-elle.

Chargement en cours