Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Gilles Payer
Audio fil du mercredi 28 février 2018

La réalité virtuelle pour chasser les douleurs fantômes

Publié le

De dos, nous voyons les jambes d'un homme dehors. Sa jambe droite est une prothèse suite à une amputation.
La douleur fantôme peut survenir après l'amputation d'un membre, comme une jambe.   Photo : iStock

Le concept d'une douleur qui persiste dans un membre qui a été amputé ou qui ne fonctionne plus semble relever du monde paranormal. Mais il s'agit bel et bien d'un phénomène naturel et complexe. Pour déjouer le cerveau, Catherine Mercier, directrice du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale, nous explique comment la réalité virtuelle peut alléger la souffrance des patients.

Le miroir a été le premier objet efficace utilisé pour apaiser les douleurs fantômes. Le patient doit mettre son membre dit fantôme derrière le miroir et son membre intact devant. Quand la personne bouge sa main intacte par exemple, elle voit un mouvement symétrique. On demande ensuite de faire la même chose avec le membre fantôme. La commande motrice est envoyée et le miroir permet de retourner une information visuelle congruente. Et la douleur s’estompe au fil du temps.

C'est comme si on disait au cerveau "Tout va bien, tu as eu le résultat que tu souhaitais."

Catherine Mercier

Plus de possibilités avec la réalité virtuelle
La spécialiste en réadaptation explique que cette technologie accorde une plus grande flexibilité dans la rétroaction des mouvements demandés. Elle permet aussi d’aller plus loin dans le cas où une personne vit des douleurs fantômes après avoir perdu ses deux mains par exemple. La réalité virtuelle peut « recréer » les membres perdus. Ce que le miroir ne peut pas faire.

Le but ultime est de créer une cohérence avec l’activité cérébrale.

Chargement en cours