Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 28 février 2018

Dépendance aux jeux vidéo : le concept discutable des coffres à butin

Publié le

Un jeune homme joue à un jeu vidéo dans sa chambre.
Selon Nicolas Chevrier, il est important d'éduquer son enfant à propos de la mécanique des coffres à butin.   Photo : iStock

De plus en plus utilisés par les fabricants de jeux vidéo pour rentabiliser leurs jeux, les coffres à butin, ces objets virtuels qui récompensent parfois un joueur pour ses efforts ou son temps de jeu, peuvent être très nocifs pour les amateurs de jeux vidéo, dit le psychologue Nicolas Chevrier. Ce nouveau concept s'apparente de façon inquiétante à celui implanté dans les appareils de loterie vidéo, et il peut faire des ravages chez les jeunes joueurs, prévient-il.

En général, les coffres à butin contiennent des éléments esthétiques choisis de manière aléatoire qui n’ont aucune influence sur le jeu. Les joueurs peuvent les utiliser, par exemple, pour déguiser leur personnage. Dans certains cas, les coffres à butin offrent aussi un avantage dans le jeu, un phénomène controversé appelé la victoire payante.

« Ce qui se produit avec les coffres à butin, c’est qu’on ne connait pas la récompense. De temps en temps, il y aura un élément vraiment hors de l’ordinaire, un élément très rare et très puissant. C’est cet élément, un peu comme les premiers 100 dollars qu’on gagne au casino, qui va faire basculer notre bon jugement », déplore Nicolas Chevrier.

Le joueur, à ce moment, va ressentir exactement les mêmes émotions que celles que les joueurs compulsifs ressentent dans les casinos, car la mécanique psychologique derrière les coffres à butin est exactement la même que celle qui est utilisée par les producteurs de machines à sous.

Nicolas Chevrier, psychologue

Nicolas Chevrier suggère aux parents de surveiller sur les boîtes de jeux vidéo la présence de l’étiquette « in-game purchase  », qui fait directement référence aux microtransactions auxquelles les jeunes peuvent avoir accès. Selon le psychologue, il est préférable pour un parent d’éviter que son enfant joue à de tels jeux.

« Où, à tout le moins, on les éduque sur la façon de gérer ces microtransactions-là. On leur donne un coup de main », affirme-t-il.

Chargement en cours