Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 13 décembre 2017

Prévenir le suicide chez les ados

Publié le

Ils sont assis à une table de pique-nique, aux abords d'une marina
Alexandre Taillefer et un jeune homme participant au documentaire   Photo : Productions Déferlantes

Le documentaire Bye, sur le suicide du fils de l'homme d'affaires Alexandre Taillefer, est très touchant, mais comme parent, concrètement, qu'est-ce qu'on peut faire pour prévenir ce genre de situation? Le psychologue Nicola Chevrier recommande de se servir du documentaire comme point de départ pour ouvrir une discussion avec les adolescents.

Le documentaire Bye a généré beaucoup de débats sur le suicide et la cyberdépendance après sa diffusion la semaine dernière sur toutes les plateformes de Radio-Canada. Votre enfant a-t-il déjà vécu des situations de détresse psychologique, à tout le moins assez importantes pour avoir l’envie de mourir? Ou quelqu’un de son entourage à l’école? Comment aborder la question avec les adolescents?

Ce documentaire, selon M. Chevrier, est une très beau prétexte pour ouvrir la discussion.

Le jeune n’a pas besoin de parler seulement de lui. L’important est de normaliser ce type de problème qui peut paraître sensible. Il faut être certain que ce n’est pas une chose qui est taboue ou perçue comme honteuse par le jeune. Il faut ainsi montrer l'ouverture des parents face à ces questions.

On peut par exemple démontrer la complexité des idées suicidaires ou encore expliquer que le cerveau est un organe qui peut être malade au même titre que les autres organes de son corps. Lorsque des idées suicidaires traversent le cerveau, c’est généralement que celui-ci ne perçoit plus la réalité objectivement et qu’il a l’impression qu’il n’y a plus d’autres solutions. Aussi est-il difficile difficile d’avoir les idées claires lorsque le cerveau va mal.

Démystifier la question du suicide permet ainsi d’ouvrir le dialogue, insiste M. Chevrier. Si un jeune est en détresse, il ne doit pas sentir de barrières pour en parler à ses parents, au même titre que lorsqu’il a un problème physique.

Le documentaire Bye est disponible en rattrapage sur Tou.tv.

Chargement en cours