Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 25 octobre 2017

Comment détecter et traiter le bégaiement

Publié le

Une femme parle à un enfant qui semble tendu avec sa main sur son épaule.
L'attitude des parents envers l'enfant qui bégaie a une importante influence sur son estime et sa honte par rapport à son trouble de la parole.   Photo : iStock

« Pour la personne qui bégaie, c'est impeccable dans sa tête. C'est au moment d'articuler les sons que le problème se produit. » L'orthophoniste Anne Moïse-Richard parle de l'origine du bégaiement et dit ce qu'un parent doit faire s'il observe ce trouble de la parole chez son enfant.

Elle explique que c’est lorsque le langage se complexifie, vers l’âge de 2 à 4 ans, que le bégaiement va apparaître, et ce, soudainement et, souvent, sévèrement. Il peut s’accompagner de mouvements comme des coups de tête, un clignement des yeux ou des coups de bras. Dans la plupart des cas, ces mouvements vont disparaître naturellement, tout comme le bégaiement d’ailleurs, qui n’est persistant que dans 30 % des cas.

On ne connaît pas exactement les causes du bégaiement, précise l’orthophoniste, mais la génétique y joue un rôle important. Trois facteurs sont déterminants pour savoir s’il faut consulter :

  • un historique familial de bégaiement persistant;
  • une augmentation de la sévérité dans le temps;
  • la présence d’émotions négatives chez l’enfant, comme la colère, la peine ou le repli sur soi.

En ce qui a trait aux émotions négatives, elles peuvent amplifier le bégaiement. Plus l’enfant éprouve de la peur, de l’anxiété et de la honte par rapport à son trouble de la parole, plus ses symptômes seront importants. La réaction de l’entourage et la durée du vécu avec le bégaiement vont aussi influencer les émotions ressenties.

Pour ce qui est du traitement, les orthophonistes privilégient une méthode de rétroaction des parents. Ces derniers doivent féliciter l’enfant quand son langage est fluide et, de temps en temps, lui demander de reprendre des mots ou lui mentionner qu’il y avait des moments de bégaiement dans la parole. Cette méthode augmente de 7,5 fois les chances que le bégaiement disparaisse, affirme Mme Moïse-Richard.

Chargement en cours