Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du mardi 10 octobre 2017

Séparation et divorce : des trucs et conseils pour aider son enfant

Publié le

Il est important pour les parents d'éviter les conflits ou les discussions animées en présence de leurs enfants, souligne Karine Joly.
Il est important pour les parents d'éviter les conflits ou les discussions animées en présence de leurs enfants, souligne Karine Joly.   Photo : iStock

Les répercussions d'une séparation ou d'un divorce sur l'enfant sont nombreuses et varient beaucoup, selon l'âge de celui-ci. Souvent, les parents sont aux prises avec leurs propres préoccupations et ont de la difficulté à bien répondre aux besoins de leur enfant. Il est pourtant primordial de s'y attarder afin de faciliter la transition, qui est porteuse de stress pour tout le monde, dit Karine Joly, travailleuse sociale et médiatrice familiale.

Généralement, la période de stress qui suit une séparation ou un divorce ne perdure pas, mais l’adaptation de l’enfant peut néanmoins s’échelonner sur trois ans, la première année étant habituellement la plus difficile.

Selon de nombreuses recherches, l’enfant n’aura aucune séquelle psychologique plus tard dans sa vie s’il reçoit l’attention appropriée au moment de la séparation ou du divorce.

Aussi à consulter sur Première PLUS : Réussir son divorce sans y laisser sa chemise

Voici quelques conseils que Karine Joly donne aux parents. Ces derniers devraient :

- Privilégier des moments d’attention et d’écoute avec leur enfant, et adapter leurs explications à ses besoins et à son âge;
- Avoir des discussions avec les professeurs de leur enfant;
- Ne pas hésiter à consulter un psychologue;
- Essayer, si leur enfant est un peu plus vieux, de l'impliquer dans certaines décisions, comme la décoration de sa nouvelle chambre;
- Participer à des séminaires sur la coparentalité;
- Être présents auprès de leur enfant, surtout s'ils n’en ont pas la garde partagée;
- Ne pas utiliser leur enfant comme messager ni comme confident;
- Avoir recours à la médiation familiale.

Chargement en cours