•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gare au coup de chaleur, potentiellement mortel

Les éclaireurs

Avec Patrick Masbourian

Gare au coup de chaleur, potentiellement mortel

Audio fil du jeudi 21 septembre 2017
Les coups de chaleur ne doivent pas être pris à la légère, dit le physiothérapeute Denis Fortier.

Les coups de chaleur ne doivent pas être pris à la légère, dit le physiothérapeute Denis Fortier.

Photo : iStock / lzf

« C'est vraiment l'apothéose des dangers. Ça fait partie d'un large spectre de problèmes de santé que peut entraîner l'activité physique pendant la chaleur », souligne le physiothérapeute Denis Fortier à propos des coups de chaleur, qui guettent les sportifs actifs par temps chaud. Alors que les organisateurs du marathon de Montréal ont décidé d'annuler l'épreuve de 42,2 km ce week-end en raison de la chaleur intense qui est prévue ce week-end, il met en garde ceux qui courront les autres épreuves dimanche.

Le coup de chaleur survient quand le corps ne réussit pas à se refroidir et lorsque la température grimpe continuellement. Lors d’un coup de chaleur, la température corporelle va excéder 40,5 °C, alors que sa température normale est de 37 °C.

« Ce qui se passe, c’est que notre circulation sanguine est réorientée vers la peau pour que notre chaleur, qui est dans le sang, puisse être évacuée par les pores de peau. […] On a plus de sang en superficie, donc moins de sang dans les organes vitaux », explique Denis Fortier.

Les signes potentiels d’un coup de chaleur sont nombreux : crampe, fatigue anormale, vertige, confusion, perte d’équilibre, maux de cœur, de tête et de ventre ainsi que perte de conscience. Le problème, c’est que les coureurs ne sont pas toujours sensibilisés à ces signes.

Si les coureurs d’élite sont moins à risque de subir un coup de chaleur, il en va autrement pour ceux qui courent de façon occasionnelle, fait remarquer Denis Fortier.

Lorsque ce n’est pas traité, le taux de mortalité est de 80 %. Quand c’est traité, le taux de mortalité serait d’environ 10 %. Donc, c’est important d’intervenir rapidement, et cette rapidité d’intervention commence quand on ressent nos propres symptômes.

Denis Fortier, physiothérapeute

Les personnes qui ont un indice de masse corporelle élevé, qui consomment de l’alcool avant une compétition ou qui ont été affectées par un virus quelques jours avant une épreuve sportive intense sont plus à risque de subir un coup de chaleur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi

  • Bain libre

  • Tout un matin