Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 1 mai 2017

Éveiller le désir en demandant le consentement

Publié le

Un baiser
Le consentement sexuel peut être verbal ou physique.   Photo : iStock

Pour certaines personnes, le fait de demander à son partenaire s'il veut avoir une relation sexuelle semble tuer la spontanéité de l'acte. La sexologue et psychothérapeute Geneviève Labelle explique pourtant que la demande de consentement peut devenir un élément érotique qui nourrit le désir et augmente l'excitation.

Il existe plusieurs façons de savoir que notre partenaire a envie d’avoir des relations intimes.

  • Consentement verbal : les deux partenaires disent oui.
  • Ressentir le consentement : en observant le corps de l’autre, sa façon de bouger, l’expression de son visage ou l’éclat dans les yeux.

Il y a quelque chose d’extrêmement excitant à ressentir le plaisir de l’autre, à s’assurer que chaque geste exprime « oui, j’ai envie que tu continues, que l’on continue ».

La sexologue Geneviève Labelle

En demandant le consentement, on demande à l’autre si elle ou il veut vivre un moment avec soi. Ça peut devenir extrêmement excitant de nourrir son plaisir du désir et du plaisir de l’autre. Et chaque fois qu’on vérifie que le désir est là, même en reposant la question, ça peut augmenter notre propre excitation.

Une règle importante : bien que le consentement puisse être physique, pour qu’une relation sexuelle ait lieu, non seulement ça ne prend pas de non, mais ça prend deux oui.

Chargement en cours